L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


21décembre 2012

ACTUALITE

21 décembre 2012 " LA FAIM DU MONDE ".

Si le jeu de mot est facile mais la réalité est toujours devant nous, à quelques lettres près…

21 décembre 2012 " LA FAIM DU MONDE ".
Certains ont tremblé, d'autres se sont moqués alors que plusieurs ont construit leur abri souterrain, anti cataclysmique. I WILL SURVIVE …..
Pourtant depuis fort longtemps, la faim du monde est quotidienne et celle-ci ne semble guère préoccuper les nations riches dans leur course effrénée après tant de biens superflus voir inutiles.
Tout nous fait oublier que nous sommes de la même espèce, de la même race, de la même famille. Alors que nous jetons 20 % de nos achats alimentaires (individuels mais aussi dans toutes les collectivités) combien d'affamés trouveraient satisfaction en récurant nos poubelles.
850 millions de personnes souffrent de la faim actuellement et environ 6 millions en meurent chaque année soit près de 18000 par jours.

Tout nous fait oublier que nous sommes de la même espèce, de la même race, de la même famille. Alors que nous jetons 20 % de nos achats alimentaires (individuels mais aussi dans toutes les collectivités) combien d'affamés, sur d'autres continents, trouveraient satisfaction en récurant nos poubelles bien plus achalandées que les leurs.
850 millions de personnes souffrent de la faim actuellement et environ 6 millions en meurent chaque année soit prés de 18000 par jours*.

L'injustice sociale contre laquelle militent tant de syndicats, les discours de tant d'hommes politiques de tout bord, les alertes de tant d'économistes sur nos crises financières, n'auront jamais raison des égoïsmes universels, individuels et nationaux. Les aides aux ONG œuvrant dans des pays en insuffisance alimentaire paraissent bien dérisoires et souvent remises en cause, par rapport aux milliards drainés pour nourrir nos insuffisances bancaires. Il est vrai que dès qu'une quelconque misère nous atteint elle prend aussitôt une proportion inouïe. Vivre avec le RSA c'est vraiment difficile, mais c'est toujours vivre et préférable au mourir de disette. Il est vrai que nous avons nos pauvres, nos SDF, et bien heureux sont-ils lorsqu'ils sont accueillis et nourris dans des structures tenues généralement par de dévoués bénévoles.

Notre responsabilité individuelle est souvent mise à contribution et je sais que beaucoup de nos concitoyens apportent leur soutien à une organisation caritative. Je peux témoigner qu'au cours de collectes alimentaires dans des grandes surfaces, malgré quelques grincheux qui râlent d'être trop " ponctionnés ", la majorité se fend d'un paquet de pâtes, d'une boite de conserve ou d'un litre d'huile. Mais pourquoi donc la sensibilité de proximité n'atteint elle pas celle des dirigeants de notre monde ? Pourquoi bien des aides " d'état " se voient elles détournées de leurs destinations finales ?

Pourtant les pays riches produisent suffisamment pour combler toutes les carences africaines ou autres.
Avez-vous déjà entendu un homme politique, lors d'une campagne électorale, présenter un quelconque projet humanitaire de grande envergure ? Mis à part quelques petites voix médiatiques rapidement mises sur la touche, le silence sur le sujet est assourdissant. Tout est en abondance chez nous, toutes les structures peuvent être mises aisément en place pour de vrais grands projets philanthropiques, mais une monstrueuse inertie paralyse toute volonté de partage des richesses, ne serait-ce que les plus élémentaires. Mettre en place une logistique efficace pour acheminer armes et troupes, se révèle bien plus rentable, surtout lorsque le sous sol du pays "soutenu" remboursera amplement en "liquide" les efforts engagés. Là curieusement, " on sait faire " !

Il est des activités humaines ou les mécènes ne manquent pas...

Qu'y a-t-il alors de plus naturel pour ces exclus de l'abondance que de tenter par tous les moyens de venir manger notre pain ? Et nous sommes évidemment scandalisés de constater que nos frontières ne sont réelles que dans les atlas géographiques et que des milliers d'indésirables franchissent ces lignes que la nature n'avait pas prévues.
Je ne pense pas être un prophète de malheur, mais il m'apparait évident et je l'ai déjà quelque peu démontré (lire l'article), que ce que nos états ne partage pas, sera certainement pillé par ceux que nous tenons en marge du minimum vital. L'histoire des mouvements migratoires l'a maintes fois confirmé. Depuis les premiers pas d'homo erectus, à ceux du franchement basané du XXIe siècle en passant par les Huns, les Mongols et autres importuns, l'homme est un infatigable marcheur vers les territoires d'abondance. L'Européen fut aussi un envahisseur, les armes à la main, pilleur de matières premières nécessaires à sa survie, il ne faut tout de même pas l'oublier. Nous assistons donc à présent à un flux migratoire Chinois, Pakistanais, Africains, Indiens. Le monde bouge toujours.

Au vu des risques encourus audacieusement par tous les miséreux à travers les siècles pour traverser continents, mers et deserts, serait il scandaleux d'affirmer que la faim justifie les moyens?

Je sais pertinemment que mes propos révolteront certains de mes lecteurs qui voient dans la répression de l'immigration la seule issue à l'engorgement de nos verdoyantes contrées. Jamais, non jamais cette solution n'a apporté les espoirs attendus dans ce domaine. Les limes romains (frontières fortifiées) ont-ils empêché la ruée des peuples barbares d'envahir l'empire ? Nullement, mais ces multiples invasions apportèrent la fin du monde, pour tous ceux qui vivaient dans l'opulence.
Le calendrier Maya* ne pourrait-il pas être considéré comme un signe parmi bien d'autres ?





* La faim dans le monde (pour ceux qui doutent)


*Calendrier maya : Etonnant le nombre de scientifiques occidentaux qui s'intéressent à ce calendrier !
Information diffusée sur TF1 le 13 décembre 2012…
Selon le CNRS ( Centre National de Recherches Scientifiques), le calendrier Maya n'annoncerait pas la fin du monde, mais ferait en effet allusion à la fin d'un grand cycle, annonciateur du retour d'une divinité. Une divinité qui, selon les chercheurs, " remettrait le temps en marche… "




Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu