L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


La sicile

RECITS DIVERS > Voyages

A peine deux heures de vol suffisent de Gérone (Espagne) pour atteindre cette île Italienne et huit jours permettent en voiture d'en visiter les plus beaux sites grace à un reseau autoroutier bien entretenu. Notre parcours nous conduisit en boucle au départ de Trapani par Palerme, Céfalu, milazzo, les îles Eoliennes, Messine, Catane, Syracuse, Agrigente, Sélinonte, via le centre pour revenir à notre point de départ.



Trapani ( Erice) pointe ouest de la Sicile.
La forme de son avancée en mer rappelle qu’elle doit son origine, selon la légende, à la faucille tombée des mains de Déméter, déesse grecque des moissons, en voulant récupérer sa fille, Perséphone, des mains du dieu de la mort Hadès. Mais d’autres diront que cette faucille fut celle du dieu Chronos lui ayant servi à émasculer son Père Uranus… Oui cette île est celle des mythes et des dieux.


Et les dieux, ils furent nombreux à fréquenter ces paysages enchantés sous ce climat méditerranéen qui leur fait si souvent les cieux bleus…
A gauche le temple de Ségeste où les divinités grecques furent vénérées après celles des Troyens. Mais le théâtre était aussi très prisé dans l’antiquité. Plusieurs sites archéologiques ont fait dire à bien des historiens : "si vous voulez visiter la Grèce, allez en Sicile".


La contrée ayant été l’objet de convoitises, des Grecs, Carthaginois, Romains, Arabes, Byzantins, Normands, Espagnols, Français et bien sur des Italiens, ces envahisseurs se trouvèrent imprégnés au cours des siècles de toutes ces brillantes civilisations et il n’est pas rare de trouver un mélange de divers styles architecturaux dans la même bâtisse.


Le palais Normand où la chapelle Palatine attestent à Palerme de l’harmonie qu’ont su trouver les constructeurs mêlant la rudesse des nordistes avec l’exubérance des dorures orientales.




En longeant la côte Nord, plusieurs villages méritent un arrêt comme Céfalu où Milazzo où nous avons pris le bateau pour les îles éoliennes. Malheureusement l’état de la mer ne permit pas d’accoster à Stromboli.


Heureusement la courte ascension du Vulcano nous accorda, arrivé dans les fumeroles du sommet, le privilège d’imiter modestement Haroun Tazieff. Le petit village entouré de végétation généreuse, accueillant les ferry grâce à un ponton, donne à cet îlot une illusion quelque peu tropicale.



Savez vous que l’expression "tomber de Charrybde en Scylla" est liée au détroit de Messine ci-dessous? les curieux suivront le lien :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Charybde_et_Scylla
Ce bras de mer de 3 kms de large séparant la Sicile à l’Italie fut une grande tentation pour tous les conquérants et le théâtre de bien des conflits depuis les Carthaginois et les Romains jusqu’à la traversée discrète par l’armée Américaine en 1943.

Il est possible de gravir l’Etna, plus grand volcan d’Europe en activité, par une route puis un téléphérique. Mais nous avons opté pour son contournement, en 5 heures tout de même, avec le Circumetnae. Il s’agit d’un petit train circulant sur une voie métrique parfois à travers les dernières coulées de laves et reliant les villages au pied du volcan.

J’aimerais tant voir Syracuse

Pour m’en souvenir à Paris

Avant que ma jeunesse s’use

Et que mes printemps soient partis

(Henri Salvador)



Après Piazza Armérina où se trouvent les plus belles et célèbres mosaïques conservées du monde romain me rappelant mes livres d'histoire de 6è, nous descendons sur la côte sud où se trouvent cette fois les plus beaux sites archéologiques du monde grec.





La vallée des temples à Agrigente contient une très grande concentration d’édifices religieux comme le temple de la Concorde qui domine la colline.

Quant à Silménonte il s’agit là du plus grand site couvrant plus de 10km² en bord de mer avec évidemment son acropole et son lot de temples mais aussi d’intéressantes ruines de la grande ville du VIIè siècle avant JC. Parcourir les rues qui se croisent en angle droit, entre les restes des maisons de l’époque permet parfaitement d’imaginer avec une certaine émotion, ce que furent ces grandes citées antiques entourées d’épaisses murailles en pierre de taille.


Revenus à notre point de départ, nous repartons de l’aéroport de Trapani au milieu de l’aviation de l’OTAN en partance pour la Lybie.

Il me faudra revenir pour consacrer à cette île beaucoup plus de temps. Elle le mérite.

Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu