L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


Les mouvements sectaires

SOCIETE

Personne, je suis sur, ne répondrait affirmativement à la question: êtes vous dans une secte? Si vous posiez celle ci à n'importe quel membre d'un groupuscule bizarroïde, géré par un gourou manipulateur au financement on ne peut plus obscur, il n'aimerait certainement pas être accusé d'appartenance à une secte et vous répondrait par la négative. Et nous, nous sommes nous posé quelques fois la question?

Définitions (car il y en a plusieurs) de l'encyclopédie.: secte du latin secta suivre, ou de sectare couper, séparer. (Les passages entre parenthèses sont de ma personne, excusez si certains vous contrarient) Le mot secte dans son sens le plus rigoureux désigne soit un ensemble d'individus professant une même doctrine philosophique, religieuse, etc. soit un groupe plus ou moins important de fidèles qui se sont détachés de l'enseignement officiel d'une église et qui ont créé leur propre doctrine.
La plus grande partie des polémiques autour du terme "secte", ont leurs sources dans la variabilité de ce qu'il dénomme. On peut observer, suivant les personnes qui l'utilisent :
le sens étymologique : la nouvelle branche d'une religion installée, par exemple le Christianisme est une secte Juive, (le Catholicisme et l'église Orthodoxe deux sectes du Christianisme suivant que l'on soit Catholique ou Orthodoxe,) le Protestantisme une secte du Catholicisme, (les Baptistes une secte du Protestantisme, les Adventistes une secte des Baptistes, les Témoins de Jéhovah une secte des Adventistes etc, etc).




le sens négatif fort : toute organisation, y compris les sociétés secrètes, ayant été condamnée pour préjudice sur ses adeptes manipulés mentalement, (dans ce cas, la liste des philosophies politico militaires et religieuses prendrait le reste de la page, quelques unes au hasard, les Templiers, les Jésuites, les pastoureaux, le nazisme, le communisme, etc)

le sens négatif étendu : toute organisation soupçonnée d'exercer une manipulation mentale sur ses adeptes afin de les exploiter, (là aussi, tous ceux qui ont joué avec la peur de l'enfer, de l'excommunication, de l'inquisition, du camps de rééducation, les chasses aux sorcières, les promesses de paradis pour des hauts fait guerriers, peuvent faire leur mea-culpa.)

le sens de" religion qui débute" : Ou simplement groupe d'individus libres exerçant ensembles une activité dans le champ de la spiritualité comme d'autres œuvrent dans le champ artistique, avec son système de croyances ou sa philosophie originale, plus ou moins perfectionnée et des adeptes apparemment non mentalement manipulés.


Voici quelques critères :

-manipulation mentale des adeptes ;
-centralisation du pouvoir aux mains d'une personne avec autorité charismatique, par exemple un gourou, ou d'un collège restreint de dirigeants ;
- organisation pyramidale ;
- extorsion de fonds ;
- doctrine se présentant comme exclusive.

En outre, certains y ajoutent d'autres critères, peut-être moins répandus :

- Contrôle du milieu : tentative de contrôle des sources d'information et des interactions sociales externes des membres, encouragements à arrêter les relations avec toute personne externe ; (cloître, monastères et couvents) interdiction de parler aux personne du sexe opposé, même d'être vu par celles ci;
-Infaillibilité et doctrine sacrée : présentation des idées du groupement comme l'unique vérité et le seul accès au salut, dissuasion de toute réflexion critique sur la doctrine ; (la grande majorité des croyants affirmant détenir "LA " vérité, pratiquement toutes les associations politiques et religieuses entrent dans cette catégorie)
-Mysticisme dévoyé : rapprochements entre des événements et des causes surnaturelles ; (miracles, apparitions, signes)
- Pureté : référence à un idéal inaccessible qui réglemente les actes des membres en les amenant à toujours plus d'effort ; (pureté raciale, intégrisme, ascétisme)
-Autoritarisme : pouvoir fort du gourou et culte de la personnalité ; (totalitarisme)
-Doctrine secrète (ésotérisme): enseignements secrets dont la divulgation au monde extérieur est strictement interdite ;
-Elitisme (ésotérisme) : mise en valeur des membres comme supérieurs ;
- Brimades et/ou confession forcée en cas de violation des règles établies ; (pénitence, pèlerinages, sacrifices, flagellations)
-Bannissement : interdiction de tout contact avec des anciens adeptes, concept semblable à l'excommunions, à l'ostracisme (ou à l'exclusion du parti).
-Obligation dogmatique pour les adeptes, de maltraiter leurs propres enfants, sévices sexuels, châtiments corporels, etc., ou de leur imposer certains enseignements et -interdits préjudiciables à leur intégration sociale, comme le refus de certaines fêtes considérées comme païennes, de soins médicaux.
-Enrôlement imposé et irréversible à la communauté (baptême des enfants, circoncision)


D'après ces définitions, si nous faisons parti d'un groupe de réflexion philosophique, spirituel, politique, d'une association sportive, religieuse, caritative, médicale, ou d'une société secrète, si celle-ci nous a été imposé par pressions ou par naissance, si en sortir nous est déconseillé sous peine de sanctions morales ou physiques ( menace de l'enfer ou de peine de mort pour apostasie) alors, nous sommes dans une secte, même si elle présente un visage honorable et reconnu sur la place publique. Nous ne devons pas alors rester dans l'ignorance du danger de nous laisser conduire sans nous en rendre compte vers un mode de vie ou des actes qui peuvent être contraire à notre équilibre, à celui de notre famille, mais aussi à celui d'autres personnes.

Situons nous…avec courage et honnêteté, cela peut nous paraitre effrayant, mais osons plaquer un nom ou un qualificatif sur nos groupes de rencontre ou celui de nos amis, ne serais ce qu'en les connaissant mieux.


Il me faut citer pour conclure une pensée émise par le grand penseur des évangiles sur le sujet :
" La vérité vous rendra libre " Il semblerait pourtant que celle-ci ne fleurisse pas volontiers entre les mains de ceux qui choisissent pour ministère le ralliement des hommes sous une bannière, proclament des directives, imposent rites et obligations tout en professant les vertus de la paix et de l'amour du prochain.
Si la vérité rend libre il faut alors répondre à la célèbre question éminemment philosophique de Pilate lors du procès de Jésus: " Qu'est ce que la vérité ? ".

Il va donc falloir se pencher sur le sujet ultérieurement.

Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu