L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


Médecine: monopole ou libre concurence?

SOCIETE

Comme promis dans un précédant article, je reviens sur un thème qui devrait nous préoccuper tous,
notre santé.
Nous sommes, je le rappelle, les premiers d'Europe quant à la consommation de médicaments. La santé des Français est donc dans un état déplorable, si nous sommes tant soignés, c'est que nous sommes tant malades! Qui, en effet, n'a pas dans sa famille proche ou lointaine quelqu'un atteint d'une affection ou d'une autre? Mais faut-il s'en alarmer pour autant?

Faisons d'abord la distinction entre les troubles bénins, dont les conséquences ne sont qu'une gène passagère, ou, si elle s'installe dans le temps, ne porte pas à des issues mortelles ou invalidantes (rhumes, sinusites, allergies, eczémas, rhumatismes, arthroses, difficultés digestives, grippe, herpès etc etc), puis les autres plus redoutables ( coeur et vaisseaux ,cancers, diabète, infections bactériennes, ou virales parfois etc).
Sur 200 affections répertoriées, courantes dans nos pays, selon «docteurinfo.com» , une cinquantaine seulement sont à classées dans «graves»;
Il en reste donc environ 150 non mortelles , peu ou prou invalidantes.

25% donc des affections, nécessitent l'intervention rapide du personnel soignant compétent et un suivi rigoureux du malade.
Mais est ce parce que ce dernier est entre de bonnes mains qu'il ne doit pas lui même agir dans sa vie quotidienne? Beaucoup de patients déclarent avec satisfaction, je suis bien suivi, sous entendu ,je ne m'occupe de rien.
Qui porterait sa voiture à l'entretient régulièrement sans prendre le soin de vérifier, de temps à autre, les pneus, l'huile, mettre le bon carburant dans le bon réservoir, régler les rétroviseurs, nettoyer le pare brise ...?
Il y a un minimum vital tout de même à faire, même si rares sont les médecins qui prennent le temps d'éduquer leurs malades. Je suis étonné de voir des cardiaques se laisser grossir, ne pas faire de sport, continuer à fumer, et affirmer être bien soignés. Ce n'est pas parce qu'on a enlevé une tumeur ou changé une coronaire que l'opéré est guéri. Le principe actif qui a engendré l'affection continue très souvent à agir. Ainsi nous voyons des «multi-pontages», des ablation d'un , puis des deux seins quelques années après, une amputation d'une, puis plus tard, de la deuxième jambe à la suite d'une artérite.
Qui, à la suite d'un accident, pour n'avoir pas respecté une signalisation, réitère l'infraction dès son véhicule sorti de chez le carrossier?
Si quelques rafistolés de la chirurgie prennent conscience de la nécessite de changer de comportement, la grande majorité ayant senti le frôlement de la camarde, reprennent goût à la vie de plus belle en continuant à la brûler, comme la chandelle, par les deux bouts. Il est impératif que les malades atteints de lourdes pathologies prennent en main leur rééducation comportementale diétetique et sportive.

75% des affections sont enfin bénignes, bien qu'embarrassantes tout de même.
Et justement, beaucoup ont du mal à s'en débarrasser. Pourquoi donc traînons nous des allergies, rhino, sunisites, rhumatismes, arthroses, colites,insomnies etc durant des décennies et ce malgré le suivit de traitements plus onéreux les uns que les autres et sans résultat définitif? Car ,rappelons le, la guérison, c'est le retour à la santé, la disparition de la maladie et l'arrêt du traitement. Beaucoup de personnes se disent guéris, alors qu'ils sont toujours à prendre tel ou tel remède, «à vie,a dit le docteur». En plus il faut se rendre à l'évidence, toute molécule chimique même si elle a un effet positif sur le trouble traité, comporte un risque d' accoutumance, donc, de surdosage futur, et des effets secondaires qui se manifesteront obligatoirement un jour ou l'autre.
Si la même panne revient sur votre voiture après réparation il faut remettre en cause les talents du réparateur. Par le même principe, si régulièrement le même trouble réapparaît, il faudrait aussi avoir le même courage et chercher «» une solution plus efficace.
Il existe plus de 20 techniques de médecines, pourquoi s'entêter à consommer des molécules chimiques aux effets secondaires inévitables dans le temps?

Je vais prendre un exemple. Un matin ma fille se trouva dans l'impossibilité de poser son pied sur le sol. Médecin, radios, anti-douleurs, béquilles... Trois semaines de galère. Heureusement j'avais rapidement pris rendez vous chez un ostéopathe ( médecine reconnue depuis 3 ans à peine en France, mais non remboursée ) qui me reprocha que je ne sois pas venu aussitôt sans rendez vous. La consultation, manipulation, dura 20 minutes. Le diagnostic fût immédiat: son appareil dentaire était trop serré d'un côté entraînant une crispation de tout le système ligamenteux et musculaire du même côté. Ma fille ressortit sur ses deux jambes pour se faire desserrer son appareil. Ne pas oublier de toujours solutionner la cause.

Pourquoi donc cette technique médicale (comme bien d'autres) n'est elle pas remboursée? En France l'ordre des médecins, institué il faut le dire, par le gouvernement du maréchal Petain, en 1940 est la seule institution provenant du gouvernement de Vichy à avoir été remise en fonction le 24 septembre 1945. Ce bon maréchal et ses lois fut donc apprécie par les médecins Français durant et après la seconde guerre mondiale et personne ne condamna l'action de l'ordre des médecins dans la dénonciation de médecins juifs durant l'occupation sans même en recevoir la demande (L'express 9 du 9 octobre 1999). Il faut avouer qu'une des fonction de cette institution, gérée par des médecins, est de les protéger de toute concurrence de ceux qui prétendent soigner sans faire partie de leur ordre (mais elle en a heureusement d'autres plus honorable) . Un peu comme si, une église seule, avait le droit d'enseigner la religion et livrait à la justice tous ceux qui prêchaient autre chose sans passer par les écoles «autorisées» (ça c'est vu, mais il y a fort longtemps, en politique aussi). Et les procès intentés contre les ostéopathe, et autres soignants, mal vus, ont été nombreux au cours de ces dernières décennies. Heureusement l'odeur des bûchers est passée de mode mais pas celle des salles des tribunaux. Condamner les autres médecines, revient à s'assurer d'un monopole au mépris du droit de choisir la méthode de notre choix, ce qui se fait dans bien d'autres pays.
Quand on voit le peu de résultat durable de la médecine allopathique sur les petits bobos du quotidien, il ne faut pas s'étonner que de plus en plus mes médecines «naturelles» connaissent un réel engouement avec des résultat parfois spectaculaires au grand dam justement de l'ordre des médecins. Mais sous la pression d'association de malade, de plus en plus clairvoyants et de thérapeutes, l'étau se desserre et de temps en temps il faut bien céder.

Fédération Médicale Française de Medecine Naturelle
Faculté de médecine de Bobigny
74, Rue Marcel Cachin, salle 232
93017 Bobigny Cedex




NATUROPATHIE OSTEOPATHIE HOMEOPATHIE PHYTOTHERAPIE AROMATHERAPIE ACUPUNCTURE KINESIOLOGIE THERMALISME DIETETIQUE REFLEXOTHERAPIE CHIROPRACTIE MEDECINE CHINOISE ETC ETC...



Ainsi l'ostéopathie a été légalisé il y a 3 ans (le dernier des pays européen à le faire) certains vaccins et médicaments reconnus à risque commencent a être déconseillés après 20 ans de doutes .
Je suis toujours étonné de constater l'état d'ignorance dans lequel se trouvent la majorité des malades concernant leur propre état. On confie notre santé au bons soins du praticien comme on confiait son âme au curé du moyen âge. Lui sait! Peut être, mais lorsque les enquêtes révèlent les intérêts financiers du monde médical il faudrait tout de même réfléchir sur la justification de tel ou tel traitement, surtout si le mal n'est pas mortel. 650 millions d' euros, c'est le montant l'an passé des prescriptions inutiles, mais profitables aux laboratoires ( enquête: Que choisir).
Personne n'a le droit de donner des petits conseils même pour des petits bobos, l'ordre des médecins veille, pourtant il y a des associations qui, grâce à leurs publications, bravent ces interdits.
Être adulte c'est choisir. Sa vie, ses orientations, sa religion, ses opinions, sa politique, son alimentation, revendiquons aussi, avec sagesse et intelligence, notre liberté en matière de soins. Pour en savoir plus: cliquer ici


Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu