L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


pour vos beaux yeux

RECITS DIVERS > Humour

Si je me présente à vous un bandeau sur l’œil… croyez vous que je veuille avec ce pansement attirer le regard?
Absolument pas, je tiens seulement à vous ouvrir les yeux sur ma situation actuelle


Voyez vous, je faisais une confiance aveugle à mon patron qui entendait être obéi au doigt et à l’œil, mais j’ai vu un jour que, ne l’ayant pas toujours à l’œil, dès que j’avais les yeux tournés, il avait beau chercher à m’en mettre plein la vue et je n’avais besoin de personne pour y voir clair, il magouillait au vu de tout le monde, pensait me faire bosser à l’œil, évidemment, ça sautait aux yeux… A suivre cet homme qui me faisait les yeux doux tout en me jetant de ma poudre aux yeux, je me mettais le doigt dans l’œil, il finit évidemment par me sortir par les yeux….


Forcément à force de me mettre le doigt dans l’œil, j’en souffris et décidais de consulter un ophtalmologue. Je pris le bottin pour y jeter un oeil ( celui qui me restait) et je trouvais : Dr Beauregard, résidence Bellevue… je me dis, à vue d’œil il doit être bon celui là. En arrivant je vis sur sa plaque "ex interne de l’hopital de Lizieux", ça tape à l’œil n’est ce pas? Dans la salle d’attente il y avait devant moi une blonde qui n'avait pas foid aux yeux et me lançait quelques œillades, j’avais beau lui faire de l’œil...( un clin d’œil , un clin d’oeil appuyé…) elle crut que je m’endormais et finit par détourner les yeux. j’en profitais pour plonger mon regard dans son décolleté mais juste pour me rincer l’œil…je la mangeait déjà des yeux, quand ma conscience tel l’œil de Caïn me dit "si ton œil est une occasion de chute arrache le" ….déjà que je n’en avais plus qu’un…

Lorsque le médecin m’apparut, c’était un grand noir Africain. Je voyais la chose évidemment d’un autre œil d’autant plus que de chaque côtés de sa bibliothèque en trompe l’oeil trônaient deux grandes défenses d’ivoires…. "Vous êtes du Sénégal" demandais je? "Non non me dit –il, je suis de cote d’ivoire". … Je me voyais déjà raconter ça à mes amis "Dr Beauregard, mon opticien, ivoirien"… Je voyais ça d’un mauvais œil mais bon, après qu’il m’eut dit entre quatre yeux, de regarder les choses en face et de ne pas fermer les yeux sur ce genre d’ennui, je le laisser m' examiner les yeux fermés…. Il me dit "J’y vois rien ( ça je savais déjà) ouvrez les yeux que je vous regarde" …comme si on avait besoin d’avoir les yeux ouverts pour être vu… nous nous regardâmes donc dans les yeux dans les yeux car si quelqu’un vous regarde au fond des yeux vous êtes obligez vous aussi de le regarder dans les yeux… on se demande alors qui regarde l’autre… bref je résume pour que vous y voyez plus clair. Je faillis tout de même tourner de l’œil en louchant sur la facture, j’en concluais que se faire soigner à l'œil coûtait vraiment les yeux de la tête…. Il fit disparaitre mon chèque dans sa poche, en un clin d’œil dites donc. Voyant mes finances fondre à vue d’œil, j’espérais retrouver bon pied bon œil avant qu’il ne me reste plus que les yeux pour pleurer. En sortant je pensais me rincer l’œil une fois de plus… mais la blonde était partie... Peut être était-elle allée se faire voir ailleurs…

Mais laissez moi revenir sur mon employeur, je ne le perdais pas de vue celui là. D’ailleurs la justice non plus, ses trafics étaient trop visibles elle finit par jeter un œil sur ses affaire, le cerner entièrement et il fut placé en garde à vue. Visiblement il ne l’avait pas vu venir pourtant c’était prévisible...… A ne pas en douter, à y regarder de plus prés, ça crevait les yeux j'étais victime du mauvais œil. Cette affaire me sortait par les yeux. Je ne dormais que d’un œil, parfois même je ne fermais pas l’œil de ma nuit. J’avais envie de lui arracher les yeux. J'avais larme à l’œil. Ah non non, j’en vois qui s’alarment, je ne suis pas suicidaire, dans ce cas j’aurais dit "l’arme à la tempe"…et pas larme l’œil….je suis pas du genre à retourner l’arme contre soi…… Je laisse planer mon regard sur vous, si certains rient aux larmes, j’en vois qui ont font des yeux de merlan frit, d’autres qui les lèvent au ciel… (oui là j’avoue il ne faut pas perdre de vue le sens des mots sinon on n’y verra plus rien) . Rassurez vous je ne me laisse aveugler par la vengeance.
En sortant du tribunal je ne voyais plus les choses de la même manière et je jetais un regard méprisant vers mon ex employeur, petit traficoteur à courte vue. Ce n’est pas que je cherchais à ôter la paille de son œil mais à présent je m’en battais l’œil, je me promis surtout dès lors de garder toujours les yeux en face des trous et à l’avenir, dans les affaires, d’ouvrir l’œil.
J’espère que dès ma guérison nous pourrons tout de même nous revoir...

Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu