L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


Aide humanitaire et sous développement

SOCIETE

Régulièrement certaines associations lancent un appel qui se veut vibrant afin de toucher nos coeurs lassés par tant et tant de misère humaine, venant une fois de plus violer nos consciences quelque peu anesthésiées par d'autres visions bien plus chatoyantes de la vie. On n'en finira jamais!

Des contrées lointaines se voient ainsi affublées pudiquement d'un titre dont elles se passeraient certainement, "en voie de développement", remplaçant celui de "sous développé" plus péjoratif car trop proche de "sous hommes", jadis utilisé pour ses habitants lors de leur colonisation.
Pays sous développé? en voie de développement? d'accord, mais développement par rapport à quoi, à qui? A quoi juge t-on qu'un état, ou un individu est développé ou non?
Ce concept, relativement récent, est né au lendemain de la seconde guerre mondiale. Les puissances coloniales jettent enfin un regard différent sur les peuples du monde ( peut être à cause de tous les mouvements de population et de l'expansion du conflit sur tous les continents). La préoccupation essentielle de plus des deux tiers de la planète est tout simplement de trouver à remplir sa gamelle au moins une fois par jour. Le troisième tiers ( très provisionnel!) lui, se préoccupe surtout d'amasser des équipements ménager et des loisirs.


Mais le désir des occidentaux d'apporter une aide aux pays défavorisés fut principalement, du moins jusque dans les années 80, de fortifier leur zone d'influence politique face au communisme montant.
Cette vision a heureusement évoluée lors de l'effondrement du bloc soviétique et depuis les années 90 il faudrait employer le terme de maldéveloppement désignant toutes lacunes dans le développement humain et pas seulement économique.
La priorité est de bien définir les réels besoins humains en fonctions des circonstances et des lieux.
Un bon et utile développement doit comporter plusieurs champs d'action. Il se doit de lutter contre la souffrance humaine quelle qu'elle soit.





Le développement sanitaire, ce sera le progrès de l'hygiène, la lutte contre les épidémies, la mortalité enfantine, la contraception, l'accés à une alimentation saine et une eau potable, un logement décent etc.

Le développement socioculturel, ce sera l'alphabétisation, l'amélioration des rapports entre individus, suppression des castes dégradantes, des rivalités tribales ou ethniques, des tabous culpabilisants ou coutumes barbares et mutilantes ( excision, vexations, esclavage, sexisme) la liberté de participer aux prises de décisions sur les lieux de travail.

Le développement politique, ce sera plus de justice, la création de gouvernements le plus démocratique possible, le respects des droits de l'homme, la liberté de conscience et d'expression, droit de participation aux prises de décisions sociales.

Il y a malheureusement des pays productivement riches, mais sous développés en droit de l'homme, en démocratie ou totalitairements dirigés par une caste un clan ou une ethnie.

Il fut plus aisé pour les occidentaux de se débarrasser, durant des décennie, leur assurant pour pas cher une bonne conscience, de leur surplus de production ou des leurs vieilleries, en équipant les pays sous développés, que de porter gracieusement une vraie aide humanitaire dans le sens d'aide au développement de la personne humaine et répondant aux préoccupations locales. Il faut comprendre donc que permettre à un enfant, une femme, ou un homme enfermé dans un système infériorisant (religieux, politique ou culturel) d'accéder à l'instruction, à la liberté de circulation, au droit de choisir son époux, sa professions, etc, fait partie du développement humanitaire. Les pays ne permettant pas cet épanouissement peuvent, me semble t-il, être classé dans la liste des "sous développés".

L' aide des états, de loin la plus importante, apparemment gratuite est très souvent monnayée,
par un retour commercial, recherche pétrolière, débouché économique, influence politique, militaire etc. Les sommes versées aux pays en difficultés ne subissent aucun contrôle du donneur au nom d'un droit sacré de non ingérence....




Certains chiffres font frémir lorsque des enquêtes nous révèlent que parfois près de 70% de l'aide d'état, officielle, négociée, est détournée par les dirigeants récepteurs à leur profit, puis réinjectée dans des entreprises européennes (armement, produits de luxe) ou dans des banques occidentales alors qu'un manque d'école, de soins, de liberté se fait chroniquement et lourdement sentir chez eux.
Les recents procés en France de militants pour les droits des plus défavorisés en sont une triste démonstration.

D'où la naissance des ONG. Organisations non gouvernementales.
Leurs caractéristiques sont d'être privées, sans but lucratif, financièrement et politiquement indépendantes, et d'intérêt public, en principe. On compte parmi elles les ONG humanitaires, caritatives, d'aide au développement dans le sens cité plus haut.
Il y en a environ plus de 1500 dans le monde, dont 520 sont représentées en France prônant un développement durable plutôt qu'un assistanat permanent et humiliant.




Malheureusement certaines deviennent un fer de lance de l'industrie pharmaceutique, d ' idéologies politiques, économiques,ou religieuses et sont mises en accusation par les nations unies.
Il faut donc savoir à qui on a affaire.
Les grandes organisations devenues professionnelles, structurées, peuvent parfois connaître quelques dérives, détournement de biens, de services, influences etc etc. Comme souvent, plus la structure est lourde plus il y a de la perte dans les budgets de fonctionnement, il est bon de savoir qu'elle part de nos dons va réellement aux nécessiteux. Il est choquant de découvrir parfois certains dirigeants d'associations à la une des journaux, méles à quelques affaires douteuses. Mais que cela ne jette pas le discrédit sur toute une organisation honnête et pleine de bonnes volontés. Ainsi donc il ne nous faut pas agir aveuglement mais exiger un droit de regard sur la finalité de nos élans de coeur.


L''aide humanitaire n'est pas seulement l'aide aux sous développés lointains.
Il y a dans toutes les villes de notre pays, des associations, gérées par des bénévoles qui apportent leur petite pierre au développement de la dignité humaine en collectant le nécessaire matériel mais aussi éducatif, pour ceux qui ne l'ont pas.
Je consacre personnellement une petite matinée par semaine à récupérer quelque surplus de nos magasins, auprès de la banque alimentaire près de chez moi, par l'intermédiaire d'une association locale ( secours Catholique*) qui participe également, par des cours du soir, à l'instruction de certaines classes de la population analphabète. L'aide au développement, dans l'optique évoquée ci dessus, commence à notre porte, il y des nécessiteux économiquement mais aussi socialement autour de nous qui subissent des pressions familiales ou religieuses contraires à la liberté et la dignité humaine.



Mais me souciant aussi de ceux qui sont loin et en aidant financièrement une ONG internationale protestante (ADRA*) je reçois régulièrement des rapports d'actions précis indiquant le suivi des équipements apportés, depuis leur collecte en France, jusqu'à leur mise en place à bonne destination. Il est aussi important de s'assurer qu'il n'y ait aucune descrimination ethnique religieuse ou politique lors de la distribution de denrées alimentaires ou autres équipements. Oui, j'ai choisi deux ONG chrétiennes puisque je le suis, et les connaissant bien, j'ai un regard direct sur le résultat de leurs activités car je me méfie toujours des grands appels larmoyants télévisualisés à grand spectacles crevant l'audimat. Ils laissent souvent un arrière goût amer de pigeonade... Cela ne vous est pas arrivé?...


Après ce petit exposé, si vous désirez participer à quelques actions de secours, je vous y invite chaleureusement, choisissez bien quelle filière va acheminer votre participation et vérifiez et si certains tuyaux n'ont pas de fuites....
Aider un sous développé, c'est bien plus que d'apporter son obole, même très généreuse au cours d'une quête bien orchestrée. C'est bien plus que la piécette remise entre les mains d'un SDF désoeuvré devant un feu rouge dont les besoins ne sont pas toujours bien recommandables. Chacun, il est vrai, cherche un peu trop facilement à soulager sa conscience. L'aide réelle, sérieuse, durable ne peut se faire qu'à travers des associations ayant une vision plus lointaine.
L'entraide est un bienfait aussi pour celui qui l'apporte, c'est un échange, je le constate chaque semaines, surtout si on suit l'action effectuée.
Être vivant, construire pour l'avenir, participer au futur du l'humanité, épanouir l'humain, c'est tout cela qu'englobe les termes portant sur le développement et ça fait un bien fou de s'y investir un tout petit peu.

* secours catholique


* ADRA



Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu