L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


Allo allo!

PSYCHOLOGIE


Il y a quelques jours, j’ai assisté à un débat sur la communication dirigé par un ami psy.
Chacun pouvant poser les question qu’il voulait, je ne me suis pas gêné, car comme chacun, j’ai des problèmes de communication (et pas seulement de connexion) avec l’une ou l’autre des personnes de mon entourage. Heureusement ce n’est pas avec toutes en même temps…. Si c’est votre cas … criez au secours…
Mais parfois les messages passent bien durant une période et puis, d’un coup, ça ripe, "j’ai pas mis assez d’huile…"
Et puis, je n’en suis pas toujours responsable, me disais je souvent. C’est vrai c’est "l’autre qui sais pas expliquer comme il faut, comme je peux comprendre, moi.…"



Exemple : Sur l’autoroute je conduis.
-"Chéri, me dit-elle, tu veux pas te reposer un peu et t’arrêter prendre un verre?

Merci ma poulette c’est gentil, mais ça va, je suis pas fatigué et j’ai la bouteille d’eau là."
Une demi heure après je m’inquiète à mon tour.
-"Ça va chérie?"
Pas de réponse.
Mais je la connais ma poulette, avec elle c’est du genre " qui ne dit mot, boude".
-"y a quoi ? insistais-je
-Rien rien ça va".
Ça, vous connaissez, c’est la phrase qui veut justement dire le contraire.
Je fais un retour mental de 50 km de silence et je comprends que derrière le
"Chéri, tu veux pas te reposer un peu" de tout à l’heure, il y avait surtout, "je suis fatigué, c’est quand qu’on arrive, j’ai soif, j’ai chaud, arrête toi un peu que je marche et boive un café, il y a justement une aire de repos, ça fait 5 heures qu’on roule………"

Et pire, dans les 50 km de silence y avait une cacophonie de non dits "raz le bol, il prend jamais le temps de vivre, faut pas baisser la moyenne, je savais qu’un week end c’était trop court pour aller voir SA mère, c’est toujours lui qui décide…."
(Toute ressemblance avec des personnes ou des évènements existants n’est que pure coïncidence….)


En fait, toute perturbation de la communication vient de ce que l’émetteur et le récepteur ne sont pas toujours sur la même fréquence. Pourtant dans le cas cité, (c’est une caricature vous le comprenez….) l’un et l’autre n’emploient que des mots gentils sinon affectueux.
Etre à l’écoute n’est pas forcément entendre les phrases et les mots dits, mais aussi les attitudes, les gestes, l’environnement émotionnel du moment. Dans mes lointaines petites études de psychologie cela s’appelait le langage " non verbal".

Et ça s’apprend. Je peux vous confirmer par expérience que je savais bien la théorie……mais comme pratiquant……
C’est vrai, chacun à ses fatigues, ses humeurs, ses "parasites persos", qui nous éloignent des émetteurs proches. Les mauvaises formulations fusent facilement. Combien de fois devons nous préciser "ce n’est pas ce que j’ai voulu dire, ou j’ai été mal compris". même lorsque nous sommes dans le rôle du récepteur, nous utilisons mal les canaux qui nous rapprochent.
La communication se travaille comme une partition musicale. J’ai beau avoir bossé sur la partition, connaître les créchendos, les fortés et autres nuances, une fois devant le piano, il faut encore et encore travailler le doigté.


Il y aura, quoi que nous fassions, des erreurs de communications dans l’émission comme dans la réception. Nous ne sommes pas parfaits. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas désirer les limiter. Lorsque celle-ci n’est pas passé comme nous l’aurions souhaité, il ne faut pas hésiter à chercher à partir de quand et pourquoi le message n’est pas passé.
Le "excuse moi, je me suis mal exprimé, ou, j’ai mal compris",est le "allo! allo!" de la communication et n’a rien de dévalorisant. Il est impératif que ces mots soient tout autant sincères (émetteur) qu’acceptés comme vrais(récepteur). Cela n’a rien d’humiliant de reconnaître ses erreurs, et c’est le seul réel point de départ pour un dialogue réparateur. L’essentiel est de vouloir se comprendre. Il faut savoir aussi que plus le temps passe après un dialogue rompu plus la reconnection est difficile. Bien s'entendre, c'est une question de vouloir.

Que de temps (de bonheur) perdu de ne pas vouloir chercher le plus rapidement possible à renouer la communication. Je sais, c’est difficile, nous sommes tellement différents les uns des autres. Mais c’est aussi ce qui fait notre richesse. Imaginez un monde où toutes les fleurs soient des roses rouges, tous les fruits, des pommes vertes et tous les animaux des chiens blancs, quelle tristesse...
Alors, au prochain conflit, ne raccrochez pas, plutôt que des injures, jetez vous plutôt…"allo!"

Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu