L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


Bon anniversaire Gandhi

ACTUALITE

UN DESTIN EXCEPTIONNEL ou LE PACIFIQUE REVOLUTIONNAIRE
Les deux antonymes se côtoient si rarement que très peu d'humains, coutumiers de la violence, peuvent, peuvent voir accoler ces attributs à leur patronyme.
Si la révolution est une évolution nécessaire aux progrès de l'humanité, le pacifisme en est une de ses plus nobles vertus.
Il est un homme, au destin politique étonnant, jamais égalé ni même mis en avant par nos chers dirigeants, qui incarnant ce bel idéal : Mohandas Karamchand GANDHI.
Je vais vous en conter la belle aventure de ce fils de commerçants Indiens.

Né en 1869 dans la grande colonie Britannique, son goût pour l'étude et son travail le conduisirent à l'université de droit de Londres, avant d'y exercer comme avocat au barreau.
Après un bref retour dans son pays, il fut embauché comme conseiller juridique au Transvaal en Afrique du sud.
Ce fut là qu'il vécu le mépris des coloniaux envers les races inférieures auxquelles, malgré ses diplômes et ses fonctions, il restait rattaché.
Parti à Londres défendre sans succès le sort des 20 000 Indiens mais aussi Chinois de la colonie Britannique menacés d' expulsion, il y découvrit ce qui fut l'arme de tous ses combats, la non violence, pratiquée par les suffragettes anglaises ( mouvement féministe revendiquant le droit de vote). La non violence est, chapeaux bas messieurs, une innovation féminine....

Revenu en Afrique du sud, il fait adopter, aux représentants des communautés indiennes, le serment de ne jamais obéir à des lois racistes limitant leurs droits de citoyens libres, créant ainsi le principe parfois préconisé encore de nos jours "la désobéissance civile".
Ce principe conduisit tant d'indiens insoumis en prison, que, celles-ci, fut pour Gandhi un outil de propagande et de pression inattendu. Un tiers de la population indienne se trouva vite sous les barreaux dont Gandhi lui même à plusieurs reprises. La grève paralysant les cultures de canne à sucre et les mines de charbon, s'étendant à l'ensemble de l'économie, les lois racistes furent retirées le 30 juin 1914 suite à un accord entre Gandhi et le général Smuts représentant de l'autorité Britannique.

Fort de cette expérience victorieuse, le futur Mahatma ( grande âme ) rentre définitivement en Inde alors qu'éclate la première guerre mondiale. Sans rancune, il conseille aux hommes de son peuple de s'engager dans l'armée britannique ( 8000 jeunes Indiens périront dans la Somme) avec l'idée que ce sacrifice facilitera l'émancipation des cultivateurs exploités sans vergogne par les industriels Anglais. Le conflit mondial achevé Gandhi présente sa première revendication d'autonomie de l'Inde. Mais la reconnaissance des colonisateurs non seulement ne va pas jusque-là, mais utilise l'armée qui tire sur la foule lors d'une manifestation pacifiste en 1919 à Amritsar. 300 morts 1000 blesses.
C'est le début d'une lutte qui durera près de 30 ans.

Son génie fût d'entamer un combat, sans combat, au sens violent du terme, inventant ainsi à grande échelle une forme redoutable de pression : la non-violence dans la résistance passive. Soutenu par le congres et les musulmans il lance la non coopération avec l'administration Anglaise et le boycott des produits britanniques ce qui lui valut deux ans de prison. Comprenant la nécessité de changer les mentalités indiennes il lance une nouvelle vision de l' hindouisme, rejetant la barrière des castes, valorisant le travail manuel, et déclenche la grande désobéissance civile face aux impôts, aux transports, aux écoles, apprenant à chacun de se passer de toute importation, privant ainsi l'occupant de toute source de revenu, particulièrement du textile. Chaque famille dut, à son instigation, prendre son rouet et tisser ses propres vêtements. Ce geste d'effort individuel fut le symbole marquant de son action. Son activité à travers toute l'Inde, ponctuée par de fréquentes arrestations ôta aux armées britaniques l'appui massif de soldats indiens lors de la seconde guerre mondiale.

Devant la véritable force "tranquille"de ce petit homme, l' une des plus grande puissance du monde, l'empire britannique, dut s'incliner et accepter l'indépendance de ce sous continent le 15 août 1947.
Mais, comme souvent après le départ d'un occupant puissant, la liberté donne à certains le goût du pouvoir. Le Pakistan deviendra à son tour indépendant regroupant une grande majorité de la population musulmane. Cette partition se fit dans le sang et le déplacement de 2 millions de personnes. Gandhi fit cesser les massacres par une arme d'autodestruction individuelle, le jeûne. Il parcourut le pays prêchant la paix, le pardon et la non violence. Un Hindou, Nathuram Gose, déçu de voir la partition de l'Inde, assassine le mahatma le 30 janvier 1948 lors d'une réunion de prière.


Beaucoup ont comparé la vie de ce personnage sillonnant l'Inde, portant la bonne parole de la paix à celle de Jésus sur les chemins de la Palestine. Les deux personnages étaient appréciés par le peuple mais mis à l'index par les autorités locales. Ils gardaient le même respect et la même affection l'un, pour les samaritains, les juifs, les païens ou les romains, et les rebuts de la société, l'autre, pour les musulmans, les Hindous, les caste inférieures ou les anglais. L'un comme l'autre ont tendu la joue gauche après avoir été frappé sur la joue droite. L'un comme l'autre ont révélé que la non violence est une force qui peut changer le monde, en se changeant d'abord soi- même.

Un message à méditer pour tous les jeteurs de pavés, brûleurs de voitures, poseurs de bombes, kamikazes en tout genre, pour tous ceux qui luttent courageusement contre les injustices, les occupations illégitimes de territoires, les violations des résolutions de l'ONU, le non respect des droits de l'homme à travers la planète, que l'esprit et la force de Gandhi vous animent, vos combats en seront bien moins sanglants et certainement plus victorieux.
Texte en hommage à l'illustre "père de la nation" Indienne pour le 140 éme anniversaire de sa naissance le 2 octobre 1869.






"Les générations à venir auront du mal à croire
qu'un être tel que lui, fait de chair et de sang,
ait foulé le sol de la terre"
Albert Einstein

Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu