L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


Bonté divine?

SPIRITUALITE

Les journaux rapportent parfois des événements que nous pensons surgir d'un autre siècle:
Un couple d'homosexuels condamnés à mort dans une république Islamique, une femme lapidée pour cause d'adultère, un voleur lynché, un journaliste condamné à la prison pour manque de respect envers des textes religieux, un kamikaze se fait exploser dans un autobus en criant "Dieu est grand". En occidental pacifiste du XXI ème siècle, ma première réaction pourrait être d'abord le mépris pour des coutumes barbares venants de peuples sauvages et incultes.
Mais en y regardant de plus prêt et en me penchant sur l'origine de ces violences faites à la vie des autres ou à sois même, je vais en étonner plus d'un en affirmant que ces actes partent d'un bon sentiment.



Au balbutiement des premières civilisation nous trouvons également le balbutiement des premières religions et des premiers rites accompagnant celles ci. L'homme se trouvant tout petit face, aux forces de la nature insondable, insoumise et incompréhensible, son approche de la spiritualité ne put se faire que dans la crainte de déplaire les ou le tout "PUISSANT ". Ainsi trouvons nous, au cours des fouilles effectuées sur des sites forts anciens, traces de sacrifices et offrandes apaisantes envers des divinités redoutées, de rites purificateurs et de sanctions réhabilitantes tout autant que purificatrices. La première religion se donnant des structures complexe fut, et tous les historiens le confirmeront, le Judaïsme. Or ce dernier n'échappant pas aux tendances locales et temporelles, nous pouvons affirmer que le Judaïsme fut, au temps de Moïse et de ses successeurs, une religion barbare et primitive. La lecture des livres de l'ancien testament pourra convaincre les plus sceptiques. Les ordres du Dieu JHWH tels qu'ils nous sont révélés contiennent la violence coutumière de l'époque réclamant, oeil pour oeil, dent pour dent, vie pour vie, extermination des infidèles, lapidation des adultères et des homosexuels, élimination de coupables en tout genre...
Je ne sais pas si les sentiments humains étaient différents des notres il y a 6000 ans, si les mamans aimaient moins leurs enfants, si les pères pouvaient être haineux au point de condamner au supplice la mère de leurs enfants, massacrer toute une population, femmes et enfants compris, parce qu'infidèle à leur foi....



Aussi étonnant soit-il, les raisons de tous ces massacres au nom de Dieu, ce sont les écrits de Moïse et de ses successeurs tels qu'ils nous sont rapportés dans l'ancien testament. Le livre du Lévitique fait mention d'ordres divins réclamant le sang des coupables, l'extermination des incroyants, infidèles ou apostats. Par la suite tous les crimes religieux effectués par le pouvoir religieux juif, chrétien mais aussi musulman, se sont fait au nom de ce Dieu qui l'ordonne par la voix de ses dirigeants, selon le principe biblique. Il est courant d'entendre dire, par les fidèles, que les paroles d'un sermon prononcé par le prêtre, le pasteur, le molla ou l'imam, exprime dans ces moments solennels, la vérité divine. Dieu parle par la bouche de l'orateur, c'est habituellement admis.


Il y a là une équation difficile à résoudre qui laisse bien des croyants honnêtes dans l'embarras. Notre réflexion humaine devrait toujours nous conduire à ne jamais accepter les réponses toutes faites, léguées par nos prédécesseurs en d'autres temps et autres lieux.
Revoyons donc les différentes alternatives se présentant à la lecture de ces textes:
1°)Dieu est toujours le même, cruel et violent, donc les ordres ne changent pas et la charia est, comme le fut l'inquisition, les guerres de religions et autres atrocités, pratiquées par des humains contre d'autres humains, pour des motifs religieux, une action juste et louable.
2°) Dieu a changé en révélant le christianisme, il est devenu bon, tolérant, sensible. Les persécutions, bûchers, furent des erreurs...et les lois et pratiques islamistes violentes sont aussi des erreurs.
3°)Dieu est toujours le même, il a toujours été bon et tolérant, mais il s'est adapté aux moeurs de l'époque, les hommes étant des barbares, Il s'est mis à leur niveau en leur donnant cette fausse image d'un Dieu barbare.
4°) Moïse et ses compatriotes l'ont représenté dans leurs écrits, comme les autres divinités païennes de leur temps, violent, cruel, jaloux et surtout nationaliste.




La quelle de ces quatre alternatives peut sembler la plus raisonnable à un croyant, quelle que soit la forme de religiosité qu'il pratique?

Commençons par la première. Dieu est cruel:
Dans toutes les cultures religieuses du monde, à travers tous les temps, même dans les polythéismes primitifs, où il y a bien des divinités malfaisantes, celle qui a le plus grand pouvoir, la divinité première en quelque sorte, est bienfaisante. De même dans tous les monothéismes, Dieu nous est présenté comme bon. La première "preuve" de sa miséricorde se trouve dans le livre de la Genèse. Le récit illustrant le rejet par l'homme de son créateur, n'a pas pour conclusion la mort immédiate de celui ci, selon la mise en garde divine, mais le pardon, et la possibilité de "racheter" cette vie perdue et d'en obtenir d'une autre ( cette notion théologique de rachat demanderait à être développée mais cela dépasserait le cadre du sujet). Dieu est le Dieu du pardon, de la vie et non celui du châtiment et de la mort.
Les hommes en pratiquant la torture, la condamnation à mort, les guerres pour des motifs religieux, les bûchers sur lesquels ont péris tant de Cathares, de Vaudois, de Luthériens, mais aussi de sorcières et d' homosexuels sont en totale opposition avec les premiers principes divins. De même le Djihad armé, la Charia et les lapidations des adultères ne peuvent correspondent à une quelconque décision divine, ces actes étant trop en opposition avec le principe de pardon révélé par la grande majorité des auteurs bibliques (il faut rappeler que l'Islam se revendique des prophètes de l'ancien testament).

La deuxième alternative, Dieu a changé, est aussi fausse que la première qui a démontré que, dès l'origine, les premiers écrivains religieux nous présentent un Dieu charitable. La révélation du christianisme n'a fait que confirmer cette notion, trop souvent oubliée: l'amour est le mot clé des relations humano-divines. Dieu ne change pas il est toujours le même.


Venons en à la troisième alternative, Dieu s'est adapté aux moeurs de l'époque. Celle ci nous pose (pour ceux qui veulent bien réflechir un peu) le problème suivant. N'y a t-il pas opposition entre l'idée primaire d'un Dieu bon et les récits suivants, pleins de lois prescrivant selon les recommandations de Moïse, au nom de Dieu, autant d'actes violents faisant frémir nos consciences modernes (du moins je l'espère)? Oui, il y a là, et c'est ce qui gène bien des gens, deux images inconciliable de Dieu.
N'y avait-il pas de pardon pour les adultères, homosexuels, les zoophiles, ni aucune grâce pour les non croyants, ou les croyants différents? Si vous avez le courage de lire la bible hébraïque, ayez les tripes bien accrochées et l'âme en béton. Alors? Comment comprendre ces textes?
Certains y voient donc là, le reflet des moeurs de l'époque, le Dieu bon s'est adapté aux coutumes locales et " civilisationnellement" primitives....Je veux bien, mais de là a être le grand " commandeur " des massacres, cela me gène beaucoup. Si j'accepte cette hypothèse, il me faut donc accepter encore une fois, que tous les crimes de l'inquisition, ceux des "conquistadores", les bûchers sur lesquels périrent aussi des catholiques (Anglais, eux aussi ont eu des martyres) les menaces " convertis toi ou meurs", pratiqués dans toutes les religions sous d'autres lieux et autres temps, ne soient juste qu'une sainte adaptation divine aux folklores locaux et temporels. Il me faut donc aussi accepter les martyrs modernes de l'Islam qui se font exploser par ci par là en criant " Allah est grand " et tomber dans l'outrance en proclamant juste l'inscription sur les ceinturons Nazis " GOTT MIT UNS " (Dieu avec nous)

NON. Je refuse de voir dans ces " fous de Dieu " à travers toutes les époques les purs représentants du commandement divin, rappelant à ceux ci, celui gravé dans la pierre " TU NE TUERAS PAS " ou celui donné jutement pas Moïse, "aime t-on prochain comme toi même" (Levitique 19 chap 18)
Je refuse un Dieu qui s'adapte d'une manière si diaboliquement sauvage. Je ne suis pas l'ami du Moïse législateur, ni du Josué ou du David conquérant, les mains rougies du sang de leurs victimes, aussi païennes soient elles. Dieu ne peut pas donner un témoignage mensonger de Lui, Lui qui ordonnera justement : " tu ne porteras pas de faux témoignage ". "Dieu ne ment pas comme un homme" est-il écrit dans le livre des nombres chap 23 verset 19
Dieu ne veut pas la souffrance des hommes et ne peut pas, sans faillir à son principe, ordonner aux hommes de la répandre. "Dieu n'ote pas la vie" peut-on aussi lire dans le 2eme livre du prophete Samuel au verset 14, ce qui réduit au silence toutes les accusations dans le genre "Dieu l'a punit..."


Ma conviction profonde, elle n'engage que moi, et j'en arrive à la quatrième alternative (mauvaise image de Dieu fabriquée par les hommes) est que de tout temps les chefs, quels qu'ils soient, et bien entendu dans le domaine religieux qui nous intéresse ici, prennent parfois les vessies pour des lanternes, éclairant le chemin de leur troupeau d' exhortations divines selon l'expression courante " Qui veut la fin, veut les moyens". Les dirigeants primitifs mettaient les dieux dans toutes leurs affaires temporelles pour asseoir leur autorité et les Hébreux n'ont certainement pas manqué à cette manière de gouverner leurs tribus. La théocratie est une forme de pouvoir ou sorcier et chef guerrier sont des manipulateurs hors pair. Nous avons eu nos rois de droit divin, et personnes ne peut affirmer que leurs actions ont été "divinements" inspirées. Les hommes sont tellement imbibés de religiosité superstitieuse qu'ils ne voient pas combien l'expression "Dieu nous a donné la victoire", et les Te Déum* sont blasphématoires devant un champs de cadavres. Ce n'est pas parce qu'un prophète, un roi, un juge, reçoit une onction religieuse que toutes ses actions et ses dires sont perfections divines. Au risque de décevoir mes amis catholiques, les partisans de l'infaillibilité papale ne me compteront pas parmi leurs défenseurs. Je peux admettre que les personnages bibliques, Moïse, Samuel David Salomon etc ont été des "écrivains divinements inspirés" mais pas 24 h sur 24, à chaque mots à chaque ligne. Il y a dans leurs écrits d'épaisses tranches de coutumes locales et temporelles bien tartinées d'autoritarisme, de combines pas très claires et de visées bien personnelles. Prétendre se servir de celles ci pour assoir son autorité temporelle ou spirituelle est une manipulation flagrante.Tous les personnages bibliques ont fait d'énormes bourdes nous les rendant d'ailleurs très sympathiques et humains, mais leur enseignement, justement à propos du antionalisme d'Israél, ne comporterait-il pas quelques bourdes théologiques? La combinaison entre "Tu ne tueras point" et " Passez les au fil de l'épée, Dieu le veut" n'en serait-elle pas une?
De même le "Inch' Allah"* ou "allahou Akbar "* prononcé par des auteurs d'attentats, avant ou après une tuerie, devrait écorcher les oreilles et être condamné par tout vrai croyant.

Le mariage force armée et religion, que certains recherchent pour assoir leur pouvoir ou revendiquer leurs conquêtes, ne peut être que contre nature, qu'elle que soit l'époque et le lieu; L'homme ne peut prétendre en aucun cas ni aucune circonstance, au role d'instrument de la vengeance divine.

Souhaitons que ce message s'envole vers les cieux menaçants de républiques intégristes et tombe aussi entre les mains de ceux qui souhaitent, chez nous, le retour de théocratie totalitaires.
*
Té Deum: Hymne d'action de grace en remerciement, par exemple pour une victoire militaire.
*
Allahou akbar : Dieu est grand, reconnaissance que l'évènement est volonté divine.

* Inch'Allah : Si Dieu veut.


Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu