L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


Charlie or not Charlie

ACTUALITE

La terre semble s'être arrêtée de tourner depuis le 7 janvier, jour de l'attentat contre des rédacteurs d'un journal parisien. Inutile de donner le titre du journal ou le nom des victimes et je passerai sous silence tout ce qui a suivit cette triste affaire. Le monde entier sait, pour avoir comme certains, suivis les évènements dans les moindres détails, en direct, jour après jour, heure après heure, minute après minute. Partout où nos regards se tournaient, un poste de télévision était allumé et le suivit par le public avide de sensations, pouvait quelque peu rappeler l'effervescence de la coupe du monde de foot ou celle des jeux olympiques. Jusque dans les commentaires et les descriptions des chroniqueurs. " Attention, voilà une voiture de police qui passe, un hélicoptère qui décolle, une fenêtre qui s'ouvre, un voisin qui parle, une portière qui claque, les oiseaux qui s'envolent (Cabrel)… "

Evidemment je scandalise surement certains de mes lecteurs, mais je sais que nous avons compris la leçon: on peut en France tout dessiner et tout écrire sans pour autant mériter des coups de kalachnikov. C'est d'ailleurs pour cela que nous avons manifesté ce dimanche 11 janvier dans les rues de nos villes. Je suis couvert par nos bons principes républicains.
Donc je ne parlerai pas plus des évènements de la semaine qui fit au total 20 morts français, d'autres mieux qualifiés nous repaissent de commentaires, parfois même sur les commentaires des commentaires de leurs collègues.


J'ai tenté alors de savoir durant cette période fiévreuse ce qui se passait en Syrie, en Afrique, en Ukraine ou dans tous les autres coins de notre planète où l'on assassine à tour de machettes, de roquettes et d'engins explosifs divers. J'ai voulu connaitre la souffrance des peuples sous le joug de ces despotes détraqués que le monde connait encore, j'ai voulu m'émouvoir sur les pérégrinations des " boat people " méditerranéens à l'assaut des côtes européennes. Jusqu'à présent la comptabilité du nombre de morts, d'amputations, de lapidations, de déportations (appelées pudiquement par l'ONU " déplacements de populations ") de noyés, d'affamés, nous était donnée régulièrement, et dans ces cas, avouons le, le chiffre hebdomadaire des victimes dépassaient et de loin, celui de nos attentats bien de chez nous. Silence radio sur les sujets qui faisaient la une de nos journaux les jours précédant.

Pourtant je me serais bien rendu à la gigantesque manifestation que quelques massacres auraient eu toute légitimité à déclencher. J'aurais suivi de beaux discours émouvant appelant l'humanité au refus de cette insoutenable violence qui accompagne le quotidien de notre monde encore et toujours, malgré toutes les instances internationales contre la guerre, la faim, la soif, la maladie, la pauvreté. J'aurais bien vu les chefs d'états accourir derrière notre bannière " liberté, égalité, fraternité ". Ces slogans ne sont-ils réservés qu'à la France?
On attaque notre pays, au scandale ! La terre tremble sous nos pieds, l'horreur s'invite dans nos rues. C'est quand même pas juste, nous ne sommes que la 6e puissance économique mondiale, nos ventres sont correctement remplis, notre droit à râler est respecté et nos émotions régulièrement émoustillées par la vue du monde qui craque de toute part.






Ne croyez surtout pas que je cautionne les actes terroristes, loin de là, ni ne perçoit à travers eux la folie de ces sectes islamistes qui, comme les armées des rois catholiques du moyen âge, lancent des guerres saintes pour rependre " la vraie foi " et rêvent de se tailler des califats en rasant villes et villages et asservissant les populations sous leur joug religieux. Mais je cherche la justice, tout au moins l'équilibre dans le traitement de l'information.


Où étaient donc les millions d'humains au cœur généreux prêts à démontrer que la vie est plus précieuse que les idées, lorsque cet été 3000 Palestiniens périssaient sous les bombes Israéliennes?
Où sont les manifestations massives des peuples contre l'occupation illégale de territoires par un état étranger en violation flagrante de toutes les résolutions de l'ONU depuis des décennies?
Où sont les panneaux mentionnant " Je suis Palestinien " ?
Point de chefs d'états défilant, la main dans la main, dans les rues des capitales Africaines contre les horreurs perpétrées par les armées de Boko Haram sur les populations civiles, peu de vibrants appels pour le peuple Syrien non plus. Notre pauvre président pesait sa solitude…
Nos intellectuels, épris de justice et de liberté, doivent certainement avoir d'autres chats à fouetter, il est vrai que nous avons eu des inondations dans le sud de l'hexagone cet automne…nos écrans en furent noyés.
Je ne passerai pas en revue tous les évènements qui, aux quatre coins du monde, mériteraient nos élans massifs de solidarité, partout l'injustice, la haine, la violence se répand.

Il est vrai que parfois, comme lors de l'occupation du Koweït les armées occidentales ont su faire respecter les décisions des nations unies, de même en Irak ou au Mali. Mais les raisons ces " deux poids, deux mesures " peuvent paraitre étranges à beaucoup…
Nos oreilles seraient elles sélectives ? A moins que nous ne soyons tous victimes des marionnettistes qui gouvernent le monde et orientent nos fantasmes et nos peurs, favorisant un nombrilisme confortable et rassurant.
Mais certaines voix commencent à s'élever face à ces mouvements de foule à cette hystérie collective comme le déclarait récemment un chroniqueur radio.


Les envahisseurs et les assassins ont toujours tort, aucune raison ne justifie un attentat, une guerre, une violence, contre qui que ce soit, ni pour du pétrole, des idées, des terres ni et surtout pas pour un dieu (Dieu est grand ? alors qu'il se défende tout seul, disait un humoriste). La vie est précieuse quelque soit la partie du monde où l'homme se trouve et notre sensibilité ne doit certes pas fluctuer en raison de l'éloignement des drames. Devenir humain c'est devenir sensible à l'autre, au quotidien, sans avoir besoin d'un appel officiel à manifester, ni indignation excessive. Devenir humain c'est aussi offrir la justice pour tous et cette justice passe par le partage des richesses que la terre produit.

Combien de conflits, de haine, de drames ont pour cause cette injustice et ce refus de vraie fraternité entre ceux qui ont et ceux qui manquent ?


Bien des philosophes et écrivains déclarent, depuis des années, que nous allons vers des flux migratoires sans précédant de ceux qui ont faim de pain mais aussi de liberté, de justice et d'éducation.
Si les états riches ne font pas le nécessaire en temps voulu, ils seront peut être alors bien obligé d'accueillir un jour, bon gré, malgré, toute la misère humaine.
L'explosion des haines religieuses actuelles ne sont qu'un révélateur de bien d'autres frustrations humaines au sein des populations entretenues dans l'ignorance et cela bien peu de chefs d'états acceptent de le comprendre et d'y apporter un remède. Les émirs, rois et autres despotes de droit divin mais aussi nos démocraties confortables veillent à bien garder leurs privilèges et leurs avoirs, il ne faut pas s'étonner alors de la monté des intégrismes qui font feu de tout bois au risque de faire basculer la planète dans le chaos.

" Je suis Charlie ", n'est que la réponse au symptôme, l'épidémie est plus sérieuse et je ne pense pas qu' un simple slogan puisse l'arrêter.

Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu