L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


Gaza et la Palestine

ACTUALITE


70 km de long, 10 de large, petit îlot de Palestine, Gaza demeure une douloureuse écharde dans la poursuite utopique du rêve de paix et de sûreté à travers le monde. Elle est la flammèche difficilement contrôlable d'un conflit millénaire entre deux frères, enfants d'Abraham, entre Ismaël et Isaac revendiquant le même héritage territorial.
(Voir les gens du livre
)
Ces deux nations querelleuses, issues du même sein, ont entraîné les pays occidentaux, ces derniers s'étant, depuis toujours par leur goût de conquêtes territoriales, mêlés des affaires du monde. Etant héritiers d'une culture judéo-chrétienne, les difficultés, occident et arabo-musulman, sont intimement liées avec celles que nous évoquons ici. La majorité des arabos-musulmans Français sont pro- palestiniens et la majorité des français Européens ( je ne sais trop comment les nommer) sont pro- Israéliens.


La Palestine, connues sous le nom de Canaan dans l'antiquité, fut occupée par les premiers sémites environs vers 1800 avant JC. Abraham eut deux fils, Isaac qui fonda Israël et Ismaël l'Arabie. Le royaume que devint Israël se scinda en deux après le grand Salomon. Ce furent les royaumes de Juda et d'Israël. Ils disparurent totalement en 70 après JC et la majorité des habitants furent déportés.
L'empire Romain d'orient garda ces territoires nommés "Palestine" jusqu'en 638 de notre ère qui devinrent alors partie intégrante de l'empire Arabe devenu Musulman; Les croisades en firent un royaume Franc de 1099 à 1291. Saladin mit fin au rêve de la chrétienté et la région retomba dans le giron Arabe. Elle fut ensuite conquise par les mamelouks Egyptiens vers 1250 et finalement engloutie en 1517 par les Turcs Ottomans, Musulmans eux aussi, venues d'Asie centrale (ce ne sont pas des fils d'Abraham, ni Juifs, ni Arabes). Dès la fin du 12 ème siècle, les juifs d'Espagne et du pourtour méditerranéen, fuyant l'inquisition et ses bûchers, entament un long et irréversible retour vers leur pays d'origine, qui se confirma avec le sionisme né au début du XIX ème siècle.



La première guerre mondiale mit fin à l'empire Ottoman et son territoire fut partagé entre les vainqueurs. A la Grande Bretagne revint de gérer la Palestine qui vit arriver dès lors de nouveaux migrants juifs issus des percécution des pays de l'Est, Allemagne, Pologne, Union Soviétique. Ce mouvement s'accéléra durant le second conflit mondial ainsi qu'à la libération des camps d'extermination du Reich germanique.
Le 29 Novembre 1947 l'ONU reconstitue l'Etat d' Israël en partageant les territoires pris par les Anglais sur l'empire Ottoman entre les 1,2 millions de palestiniens Arabes et les 600 000 Juifs vivant sur place. Jérusalem devenant ville internationale ( un peu comme le partage de l'Allemagne et de Berlin) Gaza redevint territoire Arabe. Mais cette partition ne fut jamais acceptée par les pays voisins. En effet le roi abdallah 1er de Jordanie et les Syriens avaient de leur côté l'intention d'agrandir leurs états en se partageant la Palestine. le Grand Mutfi de Jérusalem ( chef religieux) voulant éviter cela, créait la ligue arabe et se prépare à occuper le terrain pour son compte, après le départ des Anglais. Le 30 novembre 1947 ont lieu les premiers affrontements entre des groupes armés palestiniens et des milices israéliennes. Le 11 Mai 1948 le mandat britanique sur la Palestine s'achève, l'Etat d'Israël est proclamé. Les pays voisins, refusant sa fondation, entrent sur son territoire aidés des groupes armés du Grand Mufti ( Chacun ayant des objectifs différents mais ils s'arrangeront plus tard pensent-ils), avec l'intention de prendre Jérusalem pendant que les occupants Anglais abandonnent courageusement le terrain miné pour des décennies. C'est la première guerre Israélo-Arabe.

Suivez bien car là ça se complique....Au bout d'un mois de résistance des Israéliens, rien de décisif n'est acquis. L'ONU impose une trêve d'un mois. Les milices Israéliennes inférieures en nombre (5000 hommes) et sous équipées non préparés à une guerre ( l'état n'a que quelques jours) se sentant isolés face aux puissants Syriens et Jordaniens qui se préparent à l'hallali, mobilisent la population civile et achètent toutes les armes qu'ils peuvent aux pays ayant soutenus la création de leur état par l'ONU. A la reprise des hostilités l'armée Israélienne, comptant 60000 soldats supérieurement équipés, a cessé le combat défensif pour entamer une contre-attaque qui lui fit grignoter la région de Tel Aviv ainsi qu'une part du territoire Palestinien créé lui aussi par l'ONU. De là, la notion de territoires palestiniens occupés car les Israéliens se sont vite installés en "pays conquis", comme leur appartenant de juste guerre...
Encore une fois l'ONU mit fin aux combats et une armistice fut signé. Mais les pays Arabes présents dans ce conflit refusèrent toujours de reconnaître l'état d'Israël.
Cette période d'affrontement des deux blocs politiques, les fit ranger de part et d'autre des belligérants. Les USA soutinrent Israël et l'URSS le monde Arabe. Armes, logistique, encadrement.....
il y eut en suite la crise du canal de
Suez en 1956, l'Egypte bloquant l'accés des ports d'Israél, puis celle de l'eau en 1964, Isarél l'approvisionnement en eau des Palestiniens....A chacune d'elles suivit une risposte armée et une intervention de l'ONU pour un cesser le feu, toujours provisoire, ainsi que des déplacements de population.

Puis ce fut la guerre des 6 jours.
Le 5 juin 1967, alors qu'une coalition ( la ligue Arabe) formée de l'Egypte, la syrie, la Jordanie et l'Irak masse ses troupes à la frontière et ferme tout accés maritime d'Israël, l'aviation Israélienne lance l'offensive en détruisant au sol l'ensemble des avions ennemis. L'armée Jordanienne s'empare de Jérusalem tandis que le reste des troupes de la ligue se heurte aux forces terrestres Israéliennes. Mais sans appuis aérien, de tout côté les armées arabes se voient repoussées bien au delà des frontières de 1949. L'ONU impose une fois de plus un cesser le feu, la Palestine étant entièrement sous le contrôle des vainqueurs ainsi que le Sinaï et le Golan.
Durant les années qui suivirent plus de 400 000 colons Israéliens s'installèrent dans les territoires occupés tandis que certains Palestiniens vaincus partent vers des camps de réfugiés en Jordanie et au liban.
Bien sur comme il faut s'y attendre chaque fois qu'un état en occupe un autre indûment, un mouvement de résistance, l'OLP ( organisation de Libération de la Palestine), ainsi que l'armé Egyptienne mène une lutte incessante. Attentats et tirs d'artillerie depuis la rive Egyptienne du canal de Suez.
Le 6 octobre 1973 lors de la fête juive du Youm Kippour (jour du grand pardon) l'armée Egytienne, équipée par les soviétiques, franchi la frontière, balaya les postes d'observations Israélien et reprit une partie du Sinaï. Les Syriens de leur côté attaquèrent le Golan. Mais une fois de plus l'armée Israélienne qui perdit 2700 soldat, montra sa supériorité et imposa une défaite à la coalisions Arabe qui de son côté eut plus de 8000 victimes.
C'est alors qu' une nouvelle arme vint en appui aux pays Arabes : le pétrole. L'embargo envers tous les pays occidentaux provoque un choc pétrolier et prends l'économie occidentale à la gorge.


Jusqu'en 1994 ce n'est qu'une douloureuse suite d'attentats, de représailles, d'intifadas (soulèvement), d'attaques de camps palestiniens ou de kibboutz israéliens, d'arrestations qui coûtèrent, depuis 1947, la vie à 16000 Israéliens et 35000 Arabes..
Yasser Arafat, chef de l'OLP de retour d'exil, devenant président de l'autorité Palestinienne, obtient une restitution de la bande de Gaza en échange de la paix et la fin des attentats. Mais les Syriens de leur côté refusant de signer la paix, le Golan et la Cisjordanie (ouest de la Palestine) restent occupés. Depuis ces accords, tout va, de part et d'autre, de pire en pire.


De ces violences naît dès 1987 le Hamas ( Harakat al Muqawama al Islamiya) mouvement de résistance armée Islamiste. Ce parti politique a créé sa propre milice armé (comme ce fut le cas pour le parti Nazi en Allemagne). Celui ci, mené par un chef religieux, refuse tout accord de paix et devient majoritaire aux élection législatives Palestiniennes créant ainsi un gouvernement d'opposition. L'autorité Palestinienne perd de ce fait toute autorité devant ce parti qui reçoit, comme un cadeau empoisonné pour le monde Arabe, l'appui moral d' Al Qaeda de Ben Laden. La population Palestinienne, poussée au désespoir par les défaites consécutives, comme ce fut le cas des Allemands après la défaite de 1918 devant la montée du Parti armé Nazi et ses merveilleuses promesses, n'a, semble t-il pas senti venir le danger. D'ailleurs les pays Arabes voisins très impliqués dans ce conflit ne lui prêtent guère un oeil favorable mis à part,du bout des lèvres, l'Iran...

Les deux dernières interventions Israéliennes au Liban et fin 2008 dans la bande de Gaza eurent pour mission de combattre ce parti politique armé auteur d'attentats et de tirs de roquettes sur les villes Israéliennes. Mais leur retrait imposé par la communauté internationale, sensibilisée par les photos de ruines et de massacres de civils, n'a rien résolu. Il est connu de longue date, qu'une des vertu des maquisards et résistants est de disparaître devant une attaque frontale. Les Allemands l'ont appris en 39-45 et les Français durant les guerres
d' Indochine et d'Algérie.



Bilan des hostilités de 1948 à 2009 :
Il est lourd, humainement, financièrement, géographiquement et politiquement.
Côté Israélien: 16 000 morts, des centaines de milliers d'habitants expulsés des pays du bloc Soviétique puis des pays Arabes en abandonnant tous leurs bien acquis parfois depuis bien des générations.
L'insécurité permanente devant les risques d'attentats oblige le pays à devenir une forteresse fermée au tourisme et à la libre circulation des personnes et à restreindre les échanges commerciaux.
Le maintien de la plus puissante armée de la région finit par devenir une charge financière considérable.
Côté Palestinien : 36 000 morts, des centaines de milliers d'habitants exilés vers des camps de réfugiés en Jordanie ou au Liban.
Le territoire a fondu comme neige au soleil à chaque nouvel engagement militaire de leurs voisins Arabes.
Le recours au terrorisme, ralliant les Islamistes radicaux, aggrave leur isolement, d'autant plus que leurs alliés naturels finissent par les abandonner ( Egypte, Syrie, Jordanie) ainsi que de plus en plus de pays arabo-musulman.

Première conclusion : Aucune juste cause ne peut être soutenue par des moyens illégaux
Jamais Israël n'obtiendra une paix par sa puissance de feu même si elle est supérieure à toutes celles de la région et il est inacceptable, qu'à l'instar des Nazis, une ville soit détruite parce qu'elle abrite des résistants (même qualifiés de terroristes). Il est aussi insupportable que cet état, en toute impunité, bafoue les résolutions de l'instance même (l'ONU) qui l'a créé en 1948.
Jamais les Palestiniens n'obtiendront la paix ni ne récupéreront leur territoire par le terrorisme du Hamas ou d' autres groupes armés et le bombardement, par des miliciens, bien caché parmi la population civile, des écoles ou autres bâtiments civil ennemis ne peut être justifié. Ces méthodes discréditent ce peuple en détresse auprès de toutes les sensibilités compatissantes.

Seconde conclusion ( franco Française) : Cette haine de frères ennemis ( peuples sémites issus d'Abraham) est étrange.
J'ai pensé un temps en voyant à Paris les manifestations de soutiens de musulmans (principalement) en faveur des Palestiniens, qu'ils soutenaient leurs frères dans la foi. Mais....
Aucune manifestation n'est venue, de leur part, s'indigner des 8000 musulmans Bosniaques massacrés par les serbes en ex Yougoslavie en 1995....
Aucune manifestation contre les 50 000 musulmans massacrés et les femmes violées par l'armée Russe en Tchétchénie, ni contre les 200 000 déportés en 10 ans de guerre...
Aucune manifestations contre les centaines de milliers de musulmans déportés, affamés, massacrés depuis 2003 au Darfour....par d'autres musulmans...
Ni face à le répression des musulmans Ouïghours en Chine...( dont beaucoup ignorent l'existence)
Il ne s'agit donc pas de soutien religieux.
J'ai alors pensé au soutien envers des populations civiles opprimées. Mais...
Aucune manifestation pour les 800 000 morts lors du génocide au Cambodge en 1979, au Rwanda en 1994, au Timor oriental en 1999.
Il ne s'agit donc pas de soutien humanitaire.

Mais par contre, et ceci me trouble, c'est qu'au Darfour, si les victimes et les bourreaux étaient tous Musulmans, les auteurs de ce génocide ( 300 000 civils morts, 2,5 millions de déplacés) étaient Arabes et les victimes noirs africains. Pouvons nous voir là un conflit identique à celui de la Palestine? Mais où cette fois, le dernier arrivé dans le pays ( progressivement depuis le moyen age) et le plus fort militairement est Arabe, et l'expulsé vers les camps de réfugiés, habitant originel du pays, est noir africain?
S'il y a soutien aux Palestiniens parce qu'ils sont Arabes contre les Israéliens parce qu'il sont Juifs, il s'agit donc d'antisémitisme, ce qui expliquerait les agressions contre des synagogues. Quand on pense que Juifs et Arabes sont de même race sémite....C'est à en perdre son latin...
A moins que ces manifestations de soutien ne soient que manoeuvres bassement politiques...
histoire de rajouter un sujet de mécontentement, ou de provoquer quelques troubles au sein de la banlieue, toujours prêté à brûler quelques voitures dans le voisinage; ce n'est pas tous les jours le 31 décembre...mais là, il ne s'agit là que de spéculation.


Il y a une chose que je sais, et cela va en étonner plus d'un.
Avant la naissance d' Ismaël, sa mère Agar reçut un message divin:
"Ton fils sera comme un âne sauvage; sa main sera contre tous et la main de tous sera contre lui; et il habitera en face de ses frères". (Genèse 16 v 12).
Son père Abraham reçut lui aussi un avertissement :
"deux nations sortiront de ton ventre, et deux peuples se sépareront de tes entrailles; un de ces peuples sera plus fort que l'autre, et le plus grand sera soumis au plus petit" (génèse 25 v 23)
Ne m'en voulez pas, je ne suis pas l'auteur de ces messages écrits, bien avant la fondation des peuples Arabes et juifs, mais chacun peut constater qu'ils ont un sens prophétique qui n'en finit pas de se vérifier.
Qui pourrais faire mentir un tel message s'il vient des puissances de l'au delà?




Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu