L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


Hermétique herméneutique

SPIRITUALITE

hérmétique herméneutique
Si nous faisions un peu d’herméneutique
Car tout part de là (pour les plus hermétiques de mes lecteurs, l’herméneutique est l’interprétation d’un texte). Je vais essayer de définir un étrange mystère, celui de l'inspiration;

. 2 Timothée 3:16
«l’Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice,»Voilà un texte de St Paul qui affirme que, toute l’ Ecriture, avec un E majuscule, donc St Paul écrit au sujet de ce que nous appelons, les Saintes écritures, est divinement inspiré.
Mais que signifie cette affirmation?
Avez-vous déjà été bien inspiré dans une action, ou à travers une parole bien à propos?

J’en suis certain. Mais êtes vous toujours bien inspirés? Ca, ça m’étonnerait.
Nous allons donc essayer de comprendre ce qu’est cette inspiration et par là ce que sont ces auteurs inspirés. Pour cela je vais prendre quelques exemples d’inspiration.



Les intégristes et puristes de tout bord vous diront que le moindre iota (plus petite lettre de l’alphabet grec) a son importance.C’est l’inspiration «dictée».
Mis à part la dictée des 10 commandements, il y a 5 versets de l’ancien testament qui portent la mention, «dit (à Moïse, Esaïe ou Jérémie), ou écris cela dans le livre….», et 6 versets dans le nouveau testaments, tous dans l’apocalypse de St Jean.

C’est peu pour soutenir que «l’Ecriture» est d’inspiration dictée, alors que la bible entière compte ….29899 versets...
L’inspiré reçoit un ordre. C’est la première forme d’inspiration.


Alors à part ces 4 auteurs qui sur ordre (nous disent-ils) ont rédigé un texte précis, comment les auteurs que nous appelons, inspirés, ont-ils rédigés leurs textes ?
St Pierre déclare dans sa 2eme lettre chap 1er que c’est "poussé" par le St Esprit que ces hommes ont parlé de la part de Dieu.Cela est appelé communément l’inspiration.

Mis à part les prophètes visionnaires qui ont relaté ce qu’ils ont vu dans leur songe, personne n’a pris la peine de nous expliquer ce qu’était cette divine poussée.
Une autre théorie veut que l’auteur relate l’évènement auquel il assiste. Il n’entend pas phonétiquement l’ordre d’écrire, mais il se dit, que l’évènement mérite de ne pas être oublié.
Ce n’est donc qu’un narrateur qui juge utile de raconter l’histoire d’une tribu, d’un peuple, de la vie d’un personnage. St Luc dira au tout début de son évangile" il m’a semblé bon, après avoir fait des recherches, ….. d’exposer par écrit" voilà comment St Luc définie son inspiration. Il lui a semblé bon. C’est le genre utile, qui a amassé des documents, fait des enquêtes, a fait un travail scientifique d’historien ( Luc était médecin).
Nul besoin pour ce travail de grande inspiration, n’importe quel journaliste ou historien peut faire l’affaire. Mais on sait aussi combien les témoins sont influençables par tant de pressions extérieures ou d’idéologies personnelles. Et comme tout cela se retrouve dans certains écrits dont nous parlons, on peut conclure que cette catégorie d’écrivain est aussi présente parmi ceux qui ont rédigé les textes bibliques.
L’inspiré historien narrateur. C’est la deuxième forme d’inspiration.


Mais il y aussi des poètes qui ont écrit.
Après tout un poète, un musicien, un peintre ne se déclare t-il pas aussi «inspiré»?

Quand on voit ce que l’on voit et qu’on entend ce que l’on entend parfois, on se demande si l’inspiration n’est pas proche de la folie...Prenez un tableau surréaliste de Picasso, de Miro ou de Dali, vous n’y comprendrez rien. Pourtant l’artiste a «communiqué» quelque chose, a exprimé une émotion. De même certaines symphonies, par des sons harmonieux ou discordants,véhiculent l’idée de la paix champêtre, la violence d’une bataille, la gloire d’un homme ou la puissance d’une civilisation.
Faut-il donc voir dans l’inspiration artistique l’ébauche d’une explication de l’inspiration ?
Mais cela ne risque t-il pas de nous conduire à considérer les textes sacrés comme des œuvres artistiques ? Mais oui, je veux bien croire que certains textes sacrés sont de vrais chefs-d’œuvre littéraires. La littérature biblique est (mis à part quelques généalogie épuisantes) un recueil de merveilles, poétiques (proverbes, psaumes, l’ecclésiaste), historiques (Samuel, les rois, chroniques),narratives (Esther, exode, évangiles), surréalistes (les prophètes, Ezéchiel, l’apocalypse). Et je vais même enfoncer le clou en affirmant que celui qui n’a jamais lu le Bible perd beaucoup de richesses dans le domaine littéraire et culturel.
L’inspiré artiste lettré. C’est la troisième forme d’inspiration.


Il y a aussi les hommes de loi. La théologie de l’ancien testament est surtout basée sur la loi puisqu’il relate l’histoire d’un peuple avec ses coutumes, ses rites, sa vie sociale, etc. Il faut en convenir, durant les quelques millénaires de l’histoire des Hébreux et des rois d’Israël,ces législateurs furent en avance dans bien des domaines (justice, santé, famille, etc) sur tous les peuples environnants. Une étude plus approfondie peut aisément le démontrer.
L’inspiré législateur. C’est la quatrième forme d’inspiration.



Puis comme nous sommes tout de même sur le thème de la spiritualité, il ne faut pas oublier les philosophes théologiens. Cette catégorie vient plus tard. Je la différencie des législateurs de l’ancien testament. Même s’ils ont construit comme eux, ce que j’appellerai une religion primitive, qui a bien évolué depuis (je n’ose pas dire dégénéré, mais je le pense fortement)...
Il y a dans les écrits de Pierre, Paul, Jacques et compagnie, une telle recherche et donc une complexité dans la pédagogie, que certains d’entre eux sont dignes de figurer parmi les textes du patrimoine philosophique de l’humanité. On est loin des prescriptions sèches de Moïse. Nous sommes dans la période post hellénistique. L’homme est dans l’age de la raison (enfin certains…) le dialogue, la discussion, la persuasion (mais aussi la manipulation…) est au service de l’intelligence. Lire St Paul et tout saisir du premier coup, bravo. L’homme veut, peut et doit comprendre. il faut argumenter, expliquer.

L’inspiré théologien. C’est la cinquième forme d’inspiration.


Voilà je crois avoir fait à peu près le tour, sans entrer dans trop de détail, car j’en ai omis, des formes d’inspiration dont les commentateurs bibliques peuvent revendiquer leur appartenance. J’ai bien dit revendiquer. C'est-à-dire que l’auteur d’un texte, peut se déclarer inspiré, le commentateur peut le déclarer inspiré, les compilateurs (ceux qui ont rédigé le canon des écritures, rejetant les apocryphes) le lecteur peut le déclarer inspiré, mais le sont-ils réellement




Ces cinq formes d’inspiration, se trouvant dans les écrits "saints" ,ne sont rien en comparaison du fil conducteur, de la trame qui les relie tous. C’est le message spirituel, qui conduit le lecteur vers l’au-delà du texte narratif, poétique, historique, etc, qui lui, est le cœur et la réalité de l’inspiration. En fait, le texte même, sa réalité historique, les mots employés, n’ont aucune valeur en eux même. Prenez n’importe quel texte biblique, vous y trouverez des exagérations, des récits non réalistes, des inepties comportementales, une historicité douteuse, et autres inexactitudes pour notre esprit occidental.
Mais pour un Africain ou un oriental, pour qui les récits des griots et des marabouts sont réalités "d’enseignement", le contenant n’a aucun besoin de réalité historique au sens ou nous l’entendons. Tout comme une toile impressionniste, seul le sens, le message véhiculé compte comme inspiré, pas le support. Ainsi de nombreux textes bibliques peuvent ne pas être véridiques, au sens historique du terme occidental, l’histoire- message, n’en demeure pas moins réellement inspirée dans le désir qu’avaient les auteurs de révéler l’essentiel, un enseignement. Celui de l’omniprésence de dieu dans l’histoire de l’humanité, l’intérêt bienveillant de celui-ci pour ses créatures, l’aide apporté à ces derniers pour trouver les principes conduisant à une autre vie après celle-ci.




Quand j’en entends qui se querellent pour savoir, si la baleine de Jonas était un cachalot, si Job était un prince arabe, Si Salomon avait 1000 épouses, si le déluge a bien eu lieu, quel est, d’après la bible, l’age de la terre? ou celui du capitaine? que de temps perdu...
L’événement est relaté par un homme, poète, courtisan d’un roi, théologien, législateur, peu importe. Le récit n’est inspiré que dans sa valeur pédagogique apportant à l’homme des réponses à ses questions par rapport à son comportement et aux comptes qu’il aura un jour à rendre devant son Dieu.


Je vais vous choquer, car je vais aller encore plus loin.
Si tous les écrits qui ont permis la naissance du christianisme (je ne parle pas de spécificité religieuse qui ne sont qu’interprétations) étaient fictifs, ils auraient toujours une vraie valeur pédagogique, valeur dans laquelle se trouve une puissance régénératrice pour l’être humain.

Le texte d’introduction "toute écriture est inspiré, pour enseigner, convaincre, corriger instruire" en fait la démonstration, par la liste des verbes qui suivent, et me paraissent expliquer l’inspiration. L’inspiration biblique, c’est sa force pédagogique.
On est loin de l’inspiré en transe, entouré d’un halo d’une lumière extra terrestre. Cette image, véritable icône, venue du temps moyenâgeux et révolu, d’un Dieu à barbe blanche, entouré de saints ailés et auréolés, passant leur éternité à jouer de la harpe, et autres bondieuseries archaïques, il nous faudrait intelligemment l’actualiser.
Ceux qui me lisent ou me connaissent, savent qu’il y a loin de moi à la grenouille de bénitier.
Pourtant ça fait 30 ans que j’étudie la théologie biblique. Je peux affirmer que, celui qui sait arracher des textes millénaires la gangue humaine qui les enserre, trouvera beaucoup de réponses aux questions existentielle que vous vous êtes posé, que vous vous posez ou que vous vous poserez un jour.


Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu