L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


La nouvel an

SOCIETE

Nous avons tous l'habitude de marquer certains événements et c'est toujours un plaisir de trouver une raison de se réjouir. Noël et le dernier et premier jour de l'année sont certainement dans nos sociétés celles qui apportent les plus grandes réjouissances.
Nous avons déjà étudié l'origine de Noël, aussi pour notre culture, voyons cette fois celle du jour de l'an.

Les premières traces du passage d'une année à l'autre se trouvent en Egypte même si certainement d'autres civilisations devaient féter cet événement. L'écoulement du temps étant généralement marqué dans l'antiquité par les mouvements cosmiques ou saisonnièrs réguliers, les Egyptiens commençaient leur année par ce qui permettait le renouvellement de toute leur vie : la crue du Nil. Le repos imposé par l'inondation des terres permettait ainsi de consacrer du temps aux dieux et aux réjouissances de toutes sortes. Plus la crue était abondante plus les fêtes étaient joyeuses, car la quantité d'eau était une promesse divine de riches récoltes. D'ailleurs le fisc de l'époque calculait les rentrées selon le niveau qu'atteignait le précieux liquide sur le nilomètre gravé dans la roche, encore visible de nos jours, du côté d'Assouan. Cette fête réglait son degré de somptuosité selon les caprices de la météo au delà des cataractes. Fin juin l'étoile Sirius, la plus visible du ciel de ces contrées, se cachait derrière le soleil une dizaine de jours pour réapparaître début Juillet . Sirius annonçait la "renaissance" du Nil environ 10 jours plus tard, apportant toutes les espoirs de richesse pour la nouvelle année.

Dans le même temps (2600 ans avant JC) les Chinois marquaient aussi le début de l'année mais cette fois au printemps selon leur calendrier lunaire; Depuis 148 av JC les jours de l'année Chinoise commencent avec l'apparition de la première lune après le solstice d'hiver, entre le 20 janvier et le 20 février.



Suite au Egyptiens, les Grecs utilisèrent un calendrier lunaire, mais ne bénéficiant pas des bienfaits du Nil le début de l'année commençait au printemps, ce qui semble une bonne logique agricole car tout renaît à cette période. Les Romains apportèrent une précision en fixant le jour de l'an au premier Mars ( nous en gardons trace par nos mois de septembre, octobre, novembre et décembre : sept, huit, neuf et dixième mois...), et le dernier mois de l'année était... décembre! Si vous comptez bien il n'y avait que 10 mois, on rajoutait alors 60 ou 65 jours pour revenir au premier Mars. Ce furent nos mois de Janvier et février. Mais le grand Jules, César, modifia la date et imposa le1er janvier en 46 av JC. Janus étant le dieu de la paix, il marquait par là, ses intentions pacifiques....
Nos ancêtres les Gaulois nous ont légué, eux, un des symboles magique de ce jour, le gui, sous lequel il est promesse de bonheur de s'embrasser..


Avec l'avènement du christianisme on en revint à débuter l'année encore une fois au printemps puis Charlemagne fixa ce jour à Noêl.
Ce fut le roi Charles IX ( tristement connu pour le massacre de la St Barthélemy) qui remit le début de l'année au 1er janvier. Avec lui naquit la coutume de faire des "faux cadeaux" le premier avril puisque ce jour devenait un faux premier jour de l'an.
Mais avec la révolution Française voulant effacer toute trace du passé, et surtout tout apport des rois de droit divin, les sans culottes firent subir au calendrier encore une fois des modifications. Le premier de l'an fut nommé "jour de la révolution" et fixé vers le 22 vendémiaire (vendanges) correspondant à notre mois de septembre.
Ce fut Napoléon 1er qui désirant unifier l'Europe sous les mêmes lois, remis en vigueur le calendrier Grégorien à partir du premier janvier 1809.
C'est tout? Et bien non! En 1871 sous la commune le calendrier républicain fut à nouveau adopté durant.... 15 jours ainsi qu'en Italie sous Mussolini en 1922
Ouf!

Et St Sylvestre là dedans? C'est le nom de l'évêque de Rome qui, semble t-il, prit pour la première fois le nom de pape ( papa, en grec, désignant jusqu'alors l'évèque d' Alexandrie) et vécut une grande période de l'empire Romain. Ce fut sous son pontificat, sous l'empereur Constantin le grand, que le christianisme devint religion officielle, devenant ainsi Catholique romaine, avec la conversion de l'empereur lui même. On mis sur le dos de ce pape un faux document du VIII ème siècle"la donation de Constantin" stipulant que l'empereur lui léguait en héritage l'empire d'occident. Cette tromperie berna des générations d'Européens durant plus d'un millénaire. Les papes remettait par droit divin en gérance les états ou dépossédait les rois et seigneurs infidèles. Il ne reste plus de nos jours de cet héritage que le petit état du Vatican.
St Sylvestre mourut le 31 décembre 335 et nous fêtons, sans le savoir généralement et dans la plus grande liesse, l'anniversaire de sa mort....L'histoire ne manque pas humour quelques fois...
Quant à moi, modeste journaliste rapporteur, il ne me reste plus qu'à vous souhaiter selon la vielle tradition tous mes voeux de bonne année

Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu