L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


Le bonheur à travers le temps

PSYCHOLOGIE







LA LUNE DE MIEL:
Installation, reconnaissance du groupe familial, découverte et apprentissage de l’autre, le couple vit sur son nuage. Le Moi devient Nous c’est l’époque de la fusion.










LA TRENTAINE:
Bébé arrive. Bonheur, mais aussi perturbations. Les moments en tête à tête sont rares, tout tourne autour des tétés, repas, couche, sieste, pleurs…L’individu ressent de la lassitude, de la routine, chacun cherche donc à trouver un épanouissement professionnel ou affectif avec les enfants. Ces objectifs de réussite sociale ou professionnelle peut conduire le couple à ne plus marcher ensemble, mais donne à chacun l’impression de se croiser.






LA QUARANTAINE:
Le confort apporte une sécurité, mais aussi la fatigue et l’usure d’une recherche constante d’un équilibre financier et d’un confort reposant, jamais atteint. On n’y croit plus, le corps jeune et ferme, vieillit, le prince charmant laisse traîner ses chaussettes, l’ambiance est à l’irritation et l’aigreur. C’est souvent le moment des premiers bilans, les enfants deviennent autonomes, les beaux parents vieillissent, ou meurent, ce sont les premières remises en cause. Suis-je heureux? Vais-je continuer ainsi? C’est la période qui connaît le plus de séparations. certains se résignent à accepter la disparition de l’amour et restent ensemble pour ne pas rester seuls, ou financièrement en mauvaise posture.











LA CINQUANTAINE :
Les enfants sont partis, ou, ne rentrent que pour dormir, le couple se retrouve seul, ayant parfois mené deux vies parallèles. N’ayant plus rien à se dire ou découvrir chez l’autre, chacun cherche une activité individuelle extérieure. Le silence devient pesant.





Ce constat négatif peut paraître inéluctable, tant il est fréquent. D’après une étude de laSOFRES les causes de séparations sont
1) L’infidélité
2) La routine

3) Les disputes
4) La jalousie
5) Le travail
6) Les difficultés sexuelles

Toutes ces causes semblent n’être en fait, que les conséquences d’un seul et même facteur.
La chute de la passion amoureuse. Comment donc conserver, à travers les événements qui nous vieillissent ensemble, cette petite flamme de tendresse, ce désir de prendre l’autre par la main, de caresser une joue, d’embrasser avec tendresse celui ou celle qui nous a un jour tant ému(e)

Le temps, ce temps qui vaut de l’argent, vaut de l’or pour ceux qui savent se l’offrir.
Si nos fonctions parentales ou ménagères nous submergent, si nous fonçons à corps perdu dans notre travail, dans nos rencontres sportives, à l’entretiens de passions diverses, ou autres défouloirs, nous fuyons peut être ainsi l’effort d’entretenir la flamme qui nous a rapproché un jour l’un de l’autre. Chacun a certes le droit d’avoir ses moments de ressourcement personnels, mais plus que des bijouxet autres cadeaux l’être aimé à besoin d’un contact régulier et profond. La présence est un présent pourrions nous dire. Les psychanalystes affirment que tout trouble du comportement est conséquence d’un trouble affectif, l’équilibre de l’humain repose bien sur l’assise des sentiments. Trop souvent nous les perdons pour du «sonnant et trébuchant», si le bien être matériel peut, apparemment, conquérir une personne, il ne peut garder un cœur.

Voici les 8 conseils de Jean Claude Kaufmann dans son livre «du couple»
1°) préserver des moments d’intimité, dîner en tête à tête, anniversaires, week ends en amoureux quelque soit notre âge.

2°) Exprimez ce que vous pensez et ressentez, sans animosité. Et SURTOUT, croyez au ressenti de l’autre. Trop souvent la réponse est«mais non, tu te fais des idées, tu vois des problèmes où il n’y en a pas». Nous avons la responsabilité du bien être psychologique et affectif de notre conjoint et un malaise chronique, ressenti par l’un ou l’autre, aboutira sans aucun doute, s’il n’est pas solutionné, à la dégradation de l’affectif et du couple.
3°) Ayez des rapports amoureux de qualité, en s’assurant de l’épanouissement total de l’autre.
C’est aussi ça le dialogue.
4°) Chercher tous les jours à donner un petit plaisirun coup de fil, un petit mot affectueux sur la tasse du petit déjeuner, une fleur, un petit plat, un peu de parfum….
5°) Faites toujours des compliments, pour les repas, après une sortie, pour un vêtement.4 mots à utiliser quotidiennementS’il te plait, merci, bravo, pardon.
6°) Entretenez votre image. Surveillez votre taille, votre tenue, les soins à votre corps. Le laisser aller fait aussi partie du désamour. Cherchez encore à vous séduire.
7°) Essayez de comprendre les réactions de l’autre. Pourquoi est-il (elle) vexé(e), pourquoi ce mutisme….cette querelle. Ce sont seulement des symptômes révélant qu’il y a un problème ailleurs non dit.
8°) choisissez bien vos amis. On ressemble à ses fréquentations. Si vous fréquentez des machistes vous le deviendrez, si vous écoutez les critiques incessantes, de vos copines divorcées, qui accusent l’homme de tous les maux il y a quelques chances que vous finissiez comme elles.

Lorsqu’un couple se sépare très souvent l’un des deux n’a rien vu venir, cela prouve combien nous sommes peu à l’écoute des besoins les uns des autres. J’espère donc que ces quelques lignes vous donnerons l’envie de garder ou de retrouver le bonheur dans votre couple avant se pose la question de la rupture.



Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu