L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


L'humain est-il heureux?

SOCIETE

Pour essayer d'approcher une réponse, j 'ai posé à quelques uns d'entre vous la question suivante:
Les hommes sont-ils, dans leur ensemble, heureux sur terre?
Les réponses ont été bien diverses, je vous en livre quelques unes.
-Pourquoi tu te poses sans cesse des questions?
-Qu'est ce que le bonheur? Sommes nous tous égaux? Il y a les insatisfaits chroniques et ceux qui se contentent de petites choses. Il faut savoir prendre les bons moments lorsqu'ils se présentent, le pire arrive bien assez tôt.
-Moi je suis heureux, j'ai un travail un toit une famille et la santé. Le bonheur existe donc. Pourvu que ça dure...Mais dès que je regarde les infos, alors là, ça me fou le cafard...
-Le bonheur des uns fait le malheur des autres.....
- Boulot métro dodo ( un Parisien) mais pas pour sarko...





Si je regarde ma vie et mon environnement proche, je peux certainement être ravis de ce que la vie m'apporte, les bases de cet état étant bien sur, la santé, la famille et le moins de soucis possibles. Nous pouvons, par les hasards de l'hérédité, ou avec de la prudence, par le travail, par une bonne gestion, trouver un équilibre assez satisfaisant. Mais il y en a d'autres qui n'ont pas la "chance" de naître avec une bonne santé, ou un caractère doux et accommodant, ou même avoir mal saisi des opportunités professionnelles. Et la "galère" peut les entraîner à subir en permanence un mal être.
Comme disait Coluche, "il y en a qui naissent petit, noir, laid et malades, pour eux ce sera très dur".

Chacun tente bien sur d'être le moins malheureux possible, de prendre la moindre parcelle de joie au passage, un peu comme l'affamé volerait quelques pommes d'un arbre défendu. La merveilleuse faculté d'adaptation humaine est prodigieuse. Nous pouvons voir des réfugiés du Darfour rire, ou chanter dès qu'il font abstraction des violences subies. Il nous suffit de zapper pour changer de programme et passer de l'ombre à la lumière, car l'ombre peut aussi envahir nos écrans comme nos vies. Pouvons nous rester sourd et aveugle à la misère du monde? Comme le disait le roi philosophe Salomon "celui qui augmente son savoir augmente sa souffrance". Pouvons nous donc fermer les yeux, les oreilles et la bouche sur les malheurs frappant les humains autour de nous jusqu'aux extrémités de la planète?

Tout le monde perçoit l'humain comme un intermittent du bonheur, à la merci des aléas de la vie, il semblerait même que, si celui ci peut être réel momentanément ou plus durable chez quelques privilégiés, il est bien éphémère.
L'homme souffre sur terre de son premier cri à son dernier souffle, la douleur physique et morale nous accompagne à chaque pas. Qui peut prétendre être épargné? Ceux qui ont l'assurance d'une protection divine? Non point. La foi, qu'elle qu'elle soit, n'est pas une assurance tout risque. Les saints et les martyrs, les idéalistes et militants pour les meilleures causes témoignent souvent du contraire. Guy Beart, dans une de ses chansons déclarant : "Celui qui dit la vérité, il faut le crucifier", démontre que l'enseignement du bien est perçu comme une offense insupportable faite aux hommes. Le bien, la vertu et les hommes qui les pratiquent sont la cible d'une majorité violente et puissante, le mal et la corruption dominent sur terre. Le bonheur, est même un anachronisme, il n'est pas de notre temps, de notre économie. D'ailleurs beaucoup de réponses à la question, sommes nous heureux sur terre? vont dans le sens de, "saisissons les bons moments au passage, furtivement profitons en vite et bien".






Une des cause des maux de l'humanité se trouve, et il est aisé de le démontrer, dans le comportement des hommes eux même. La cupidité, la haine, la jalousie, l'égoïsme produisent tous les conflits politiques, sociaux et familiaux nous touchant tous, de prés ou de loin. Changer cela bien des philosophes et spiritualistes de tout temps s'y sont évertués. Changer le coeur des hommes pour une économie de paix et de justice, quel beau projet de réforme! Mais depuis des millénaires ce programme existe dans plusieurs axes de spiritualités. Convenons en, la réussite n'est pas à la mesure de leurs espérances. Pire, elles ont été récupérées pour produire encore plus de souffrances. C'est au nom d'idéologies, souvent religieuses, que se sont fait les plus grands génocides. On aurait pu croire qu'avec la nouvelle ère "Chrétienne" tout irait mieux sur terre. Quel cuisant échec, m'écrivait un internaute, Dieu n'a pas réussi à vendre son beau message. Il faut dire que ses VRP n'ont pas été à la hauteur et même en dessous de tout. Pas mieux pour toutes les autres philosophies ou religions orientales ou non. Entre les mains de l'homme tout se corrompt inévitablement. Les religions n'ont pas apporté le bonheur sur terre, mais telle n'était certainement pas leur ambition.


Mais admettons, quelques instants que, chose improbable, le coeur des hommes change, que la générosité et l'amour prenne la place des mauvais sentiments qui nous animent. Plus de guerre de vol,de rapt, de meurtre, de violence, plus d'affamé, de sans papier, de chômage, Admettons!
Serions nous heureux? Une grande part, sans doute la plus grande, des maux de l'humanité auraient disparus.

Il resterait d'autres souffrances dont nous ne sommes pas responsables. Les maladies, les épidémies, les séismes, rien n'empêcherait les bateaux de couler, les avions de s'écraser, les auto de quitter la route, ni des parents de voir mourir leurs enfants et des enfants d'être orphelins.
La terre porte elle aussi en son sein la dégradation et la loi naturelle régissant, sinon l'univers, du moins notre monde, est, elle aussi, génératrice de toutes sortes de souffrances.
"La nature toute entière soupire et souffre les douleurs de l'enfantement". Qui à lancé cette affirmation on ne peut plus réaliste et contemporaine? Nicolas Hulot? Haroun tazieff? Yves Coustaud? Non, il s'agit d'un autre écologiste, visionnaire avant l'heure, Saul de Tarse, citoyen Romain au début de notre ère. Je pourrais aussi citer également l'auteur de l'Apocalypse qui dira des hommes qu' ils "détruisent la terre", prévoyait-il les catastrophes nucléaires, les marées noires, la déforestation, le réchauffement climatique? A propos de réchauffement climatique, il me faut aussi mentionner l'intervention de St Pierre qui déclare que un jour " les éléments embrasés se dissoudrons et la terre sera brûlée.....". Ces étonnants écrits millénaires ne nous rassurent pas sur l'avenir de notre pauvre terre .

Deux choses donc sont sures : les malheurs occasionnés par l'espèce humaine ne diminueront jamais car elle porte en elle une propension à la destruction et au mal, comme une malédiction.
La planète qui nous accueille ne nous est pas favorable non plus.
A celui qui veut démontrer le contraire, il lui faudra avoir de solides arguments.
Si les terriens étaient des gens raisonnables et heureux, pourquoi tant de recherches de paradis artificiels, drogues alcool, antidépresseurs, mais aussi pourquoi autant de besoins et de recherches plus spirituelles? Les promesses d'un paradis, ailleurs, sont pour tous ceux qui ne voient sur terre.... que l'enfer.
L'ensemble des réponses reçues à la questions "les hommes sont-ils heureux sur terre ? ", vont dans le sens de tout ce qui est écrit ci dessus.

Pourtant, quelques particules heureuses parsèment la malédiction terrestre comme des étoiles dans la nuit la plus obscure. La naissance d'un enfant, l'amour, la nature, des êtres généreux, etc. Il y a pleins de petits clins d'oeil comme autant de petites lumières sur notre route pour nous permettre d'avancer. L'écrivain André Chouraki, spécialiste des langues antiques moyen-orientales, hébraïse le terme Grec " makarios, heureux", présent dans les évangiles par " Asher, EN MARCHE" afin d'en apporter une subtilité qui nous échappe. Heureux est une action et pas un état, selon cet auteur, une démarche vers un but, un avenir, pour ne pas dire un devenir. Je peux alors mieux comprendre et accepter ce terme . Avancer, malgré tout. Les gens heureux sont du côté de ceux qui marchent, progressent en dépit des difficultés alors que d'autres s'arrêtent. Cette marche n'est pas seulement physique, pour la gestion de la survie quotidienne, elle est aussi intellectuelle, ceux qui continuent à chercher, à étudier, ceux qui ont le courage de se remettre en cause, même dans leurs propres convictions .

La recherche du bonheur habite la pensée humaine, tout comme celle d'un au delà. On ne peut le nier. Vous ne trouverez personne qui ne cherche à vivre le plus heureux possible, mis à part quelques masochistes, mais, c'est une pathologie. De même les athées profonds, il y en a, sont très rares. Est ce aussi une pathologie??? Non, je dirais plutôt que c'est un choix, un refus d'étudier sérieusement la question, comme une porte tenue fermée.
Il est donc possible de garder la tête haute et d'avancer, s'appuyant sur les bonheurs journaliers malgré les coups durs inhérents à notre bref passage dans ce monde dominé par la souffrance. Que ces bonheurs passagers ne nous éblouissent pas, mais prenons les comme des "prémices", un avant goût, de ce que chacun porte, plus ou moins enfoui en sois, d' une autre existence, sous une autre forme, sous une autres gestion. Cela se nomme l'espérance ou la foi et il ne tient qu'à nous de l'éclairer par le travail de notre intelligence, pour qu'elle ne reste pas obscure, comme celle, pourtant souvent vantée, du charbonnier.
Je vous remercie pour vos réponses, tout particulièrement celle de Christian qui à pris la peine de rechercher l'un des sens, que l'on peut donner au mot bonheur (il y en a 7) dans l' hebreux ancien, ce qui convenons en, à vraiment donné une espérance à notre enquête. Cette réponse est arrivée comme une bouée, car je ne savais pas où allaient me conduire vos réflexions. Comme souvent, je lance un sujet et de vous viennent les réponses, il n'y avait aucune préméditation.
Quelque soit notre chemin, nos doutes et nos chutes, restons donc, un pas après l'autre, ...EN MARCHE


Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu