L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


Mot(s) à maux

PSYCHOLOGIE

Parler vrai, dire ce que je ressens, exprimer sans malaise avec confiance et acceptation l'offense le préjudice ou le manquement subis, l'équilibre et le développement de notre personnalité est à ce prix.

Dès la toute petite enfance l'humain est chargé d'un sentiment de culpabilité vis-à-vis de ses limites. Il en oublie les causes, mais l'empreinte le marquera toute sa vie. Les " tiens toi bien, sois poli, tu te salis toujours, tu aurais pu faire mieux, ton bulletin est nul, tout ce que tu nous coûtes, je t'avais prévenu, etc, etc ", voilà quelques phrases qui rappelleront à certains la rigide pédagogie pratiquée de générations en générations. Certains troubles fonctionnels mais aussi caractériels peuvent apparaitre en conséquence de ce type d'éducation et parfois une psychothérapie se révélera utile pour les effacer. Il n'en reste pas moins que ce poids éducatif agit souvent longtemps à l'insu de la victime.

Nous sommes tour à tour culpabilisateurs engendrant des culpabilisés ou culpabilisés devant un culpabilisateur. Nos échanges fonctionnent malheureusement très souvent selon ce principe dans nos rapports d'adultes, avec nos proches, nos conjoints, mais aussi avec nous même, au plus profond de notre intimité, face à notre conscience. Ces formes de " Mea culpa " du confiteor latin peuvent devenir de pesants boulets solidement attachés à nos chevilles. Mais cette culpabilité dans le quotidien peut aussi nous entrainer à des réactions violentes, les accusations n'étant pas matière à apaiser nos échanges. Qui ne s'est jamais fait " engueuler " pour un retard, une chemise tachée, un achat oublié ? Comment rester soi, parler vrai en révélant à l'autre nos déceptions, nos attentes et les rendre acceptables sans le culpabiliser, ni me culpabiliser.

Plusieurs psychologues dont Marshall Rosenberg et Thomas d'Ansembourg inspirés eux même par Carl Rogers ont contribué à mettre en évidence un processus de communication non violente que nous allons essayer de condenser et d'imager afin qu'il puisse être retenu par tous pour une pratique bénéfique.
Prenons un exemple simple :
Mon ami(e) est en retard au rendez vous fixé. Mon anxiété augment au fil des minutes voir des heures qui passent et peut se muer en colère explosive.
A son arrivée les mots contenus mais bien entretenus vont enfin se libérer et le retardataire va en prendre pour son grade " ça fait une heure que j'attends, tu me prends pour un(e) c…. tu ne respectes rien, j'en ai marre de ton manque de parole …. (Chacun choisira)
Le partenaire violemment agressé se défendra certainement sur le même ton et les minutes qui suivront seront certainement bien orageuses.


LES QUATRE ETAPES DE L'APPROCHE SAGE D'UN DIFFERENT

LE MENTAL : c'est par lui que nous constatons les faits, observons la situation.
----Mon compagnon (compagne) est en retard à notre rendez vous----
L'AFFECTIF : identification et expression de l'impression ressentie devant les faits. Il est important de bien identifier sans honte avec des mots précis l'émotion provoquée pas la situation.
----J'ai froid à faire le pied de grue, je suis en colère, je suis inquiet (e), je ne suis pas aimé (e), ----
MES BESOINS : Mes besoins sont respectables et j'y ai droit. Y renoncer contribuerait à me culpabiliser (j'en demande trop, je lui mets la pression pour satisfaire mes caprices…)
Dans notre cas le besoin est d'être rassuré.
----M'aime t'il (elle) toujours, a-t-il (elle) eu un accident, une panne ?----
MES DEMANDES : Il s'agit de :
- soit de faire connaitre à mon interlocuteur une demande d'action lui permettant de satisfaire mon besoin. La demande doit être formulée avec précision et les réponses apportées ne sauraient êtres vagues dans le genre " je ferais attention la prochaine fois "… mais acceptées d'un commun accord.
- soit de mettre en œuvre moi-même l'action qui aboutira au même but.
- En effet, parfois, l'autre ne peut satisfaire mon réel besoin. Dans ce cas il me faut trouver moi-même l'action qui m'évitera la souffrance affective, et m apportera la réponse à mon besoin.
---- un appel téléphonique m'informant du retard, quelques mots affectueux, un rendez vous dans un endroit plus confortable----

Ce processus peut s'animer aussi bien face à une personne que face à un évènement.
Exemple :
Un étudiant échoue à un examen.

MENTAL : J'ai raté mon examen

AFFECTIF : Colère, frustration, découragement, doute

BESOIN : Réussir ma vie, me rassurer sur le choix de mon avenir,

ACTION : travailler d'avantage, cours particuliers, réorientation





********
RESUME ********

1) Identification des faits

2) Identification du sentiment

3) Identification de besoin


4) Action ou demande concrète d'action

Abandonner son droit de satisfaire ses besoins légitimes est un échec personnel dont les conséquences peuvent conduire à une déstructuration de la personne. Combien d'épouses ont renoncé à une profession pour satisfaire à " l'équilibre " de la famille ? Combien d'époux ont renoncé à un avancement parce l'épouse refusait un éloignement momentané ?

******************************** CONCLUSION*********************************


Taire nos réels besoins ou mal les exprimer revient à les refouler, ils resteront alors insatisfaits dans un sentiment de dialogue de sourd qui, devenant chronique, altérera avec le temps toute vraie relation. Il ne convient pas d'accuser l'autre de ne pas entendre si nous même nous ne savons pas parler.
Acquérir une vraie personnalité c'est l'œuvre de croissance que nous effectuons dès la naissance. Elle doit nous permettre de rester nous même, d'exprimer nos attentes sans brimer celles des autres et nos ressentis ; droits et besoins doivent pouvoir se dire avec des mots afin qu'ils soient reconnus pour vrais et légitimes même si dialogue et négociation soient souvent nécessaires pour leurs accomplissements dans le respect des parties en présence qui, elles aussi, ont leurs propres ressentis, leurs propres droits et leurs propres besoins.


Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu