L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


Noël une fête universelle

SOCIETE

NOËL:du latin natalis, naissance

Voilà déjà le mois tant attendu de décembre, avec sa merveilleuse fête de Noël qui chaque année nous fait passer de merveilleux moments, du moins je l'espère, pour chacun de nous. Rare sont ceux qui ne marquent pas ce jour par quelques réjouissances particulières, et ce, à travers tous les continents.


Il est surprenant que toutes les cultures religieuses du monde célèbrent, pour différentes raisons, cette fête chrétienne. Les musulmans, reconnaissant en Jésus un super prophète, commémorent sa naissance. Pour les juifs, curieusement le 25 décembre est la fête de la restauration du temple. Celui ci avait été saccagé en 164 avant JC par les armée du roi hellénique Antiochus IV. C'est la fête des lumières et chacun met des bougies devant ses fenêtres.
Encore plus curieux les chinois, les japonais, les hindouiste, bouddhistes, longtemps en présence de leurs colonisateurs, continuent à consacrer cette journée en réjouissances. Il faut avouer que pour tous, il ne s'agit là que d'un jour où, plus que jamais, les tiroirs caisses fonctionnent. Ceci explique certainement cela.




Mais avant les chrétiens, les romains déjà, du 17 au 24 décembre, consacraient ces jours au dieu des semailles, "Saturne" d'où les saturnales. Ces jours là donnaient lieu à toute sorte de plaisirs effrénées et orgies très prisées par les nobles, mais même parmi la plèbe et les esclaves; Chacun y allait de son petit cadeau, gâteau au miel, et autres friandises. Les "domus" étaient décorées de longues guirlandes de lierre de houx et de gui.



Mais avant les romains, les peuples orientaux, en Inde puis en Perses, consacraient cette période au culte de Mithra. C'était le dieu de l'alliance, des serments ( un peu comme le dieu des Hébreux). Fin décembre, était l'époque du solstice d'hiver, la renaissance du soleil. Le 25 de ce mois, le soleil Mithra naissait sous la forme d'un bébé sortant d'un rocher et tuait un taureau.
Lorsque les armées de Rome vainquirent les Perses, cette religion, du dieu bronzant, fut ramené dans les bagages des légionnaires. Elle s'acclimata tant sur les rives du Tibre, que l'empereur Aurélien déclara, en 274, le culte de Mithra religion d'état, et le jour de célébration fut fixé au 25 décembre.






Et les chrétiens me direz vous? Ce n'est que vers la fin du deuxième siècle que les religieux recherchèrent le jour de naissance de Jésus. Les hésitations portèrent sur le 6 janvier, le 25 mars ou le 10 avril. Comme beaucoup de nouveaux convertis pratiquaient encore les fêtes de Mithra, il fut proposé de jumeler les deux célébrations.
Mais c'est à l'empereur Constantin que nous devons, en 325, l'acte définitif qui fixa, pour arranger tout le monde, que le 25 décembre serait la date anniversaire de la naissance du Christ. Mais tout de même le pape Libère, rappelle avec sagesse qu'il s'agit d'une date symbolique. Reprenant les paroles du prophète Malachie (chap 4 v 2) il déclare que le vrai soleil de justice annoncé était Jésus , prouvant ainsi que ce n'était pas Mithra. Nous avons là, la genèse de la fête de tous les chrétiens, bien que ce ne fut pas facile de l'imposer dans toutes les parties de l'empire agonisant. Sa création partit donc de Constantinople au 4éme siècle, arriva chez nous (en Gaule) au 5éme, et les plus récalcitrants furent les églises d' Egypte qui célébrèrent la nativité le 6 janvier jusqu'au début du 6éme siècle. Pour les curieux qui veulent en savoir plus, plusieurs sites sont consacrés à l'origine de cette fête.

Comme dans de nombreux rites et fêtes, des forces obscures perturbent au fil des siècles le vrai sens de l'acte accompli et fini même par le remplacer par des contes, des personnages imaginaires, qui n'apportent rien de plus par rapport aux originaux. C'est étrange que tout ce qui passe par les mains de l'homme, même les plus belles histoires, en sortent perverties. Le père Noël remplacé le bon Dieu, la fête des enfants, celle d'un enfant hors du commun dont la vie et l'enseignement n'ont jamais été égalés.
A l'heure où beaucoup prêchent le retour aux sources, à la nature, aux traditions, aux vraies valeurs, sachons au moins nous rappeler l'origine de la bonne nouvelle de Noël, son symbolisme, même si, nous venons de le démontrer, le 25 décembre n'est pas un anniversaire au sens historique du terme.
Rappeler à nos enfants l'histoire de cette fête, inaugurant la naissance du christianisme, même s'il fut bien perverti depuis 2000 ans, n'en gâchera, j'en suis sur, aucunement leur joie.
Que de belles histoires à raconter à nos petits devant la cheminée, au pied d'un sapin ou d'une crèche. . Et puis pourquoi pas, au lieu de rester planté devant le petit écran, passer quelques minutes par l'église du village ou du quartier? Même si ce n'est qu' une fois par an , vous verrez que cette sortie inhabituelle laisse toujours un souvenir particulier. Une émotion bienfaisante règne sur ces moments là, je suis sur que beaucoup ont encore en souvenir les Noëls d' antan!




Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu