L'ECCLESIASTE


Aller au contenu

Menu principal:


Penser par soi-même

SOCIETE

Lire la presse, regarder ou écouter les journaux radio télé, c'est faire preuve d'un certain intérêt aux affaires publiques et au monde dans lequel nous vivons.



Mais quelle presse? Quel est le but de celle-ci ? On parle de presse de gauche, de droite, d'extrême, presse à scandale, économique......La presse est un reflet, un miroir, un cliché, mais aucune ne véhicule "LA" vérité. Quel auteur peut porter un juste regard sur l'événement sans imprégner ses écrits ou reportages de son émotion, quand ce n'est pas son parti pri? Un gouvernement veut provoquer un conflit? Quelques fausses informations sur le comportement soit disant agressif de tel pays ou telle communauté suffisent à créer des pensées belliqueuses en toute bonne conscience. Les exemples ne manque pas dans l'histoire ancienne et même très récente. On pourrait même dire que toute guerre nécessite une "aide" de la presse.



Peut-on avoir donc confiance en la presse? Je me permets d'affirmer, par mes 35 ans d'expérience dans la presse, que celle-ci, qu'elle soit politique, économique ou religieuse, si elle n'est pas, dans le pire des cas, manipulatrice, est toujours sous influence. Lire les documents, dans quelque domaine que ce soit, émanant toujours de la même source, nous met sous influence, et nous fait perdre tout raisonnement personnel. C'est le principe du lavage de cerveau, pratiqué par bien des sectes ou partis, qui monopolise l'esprit des adhérents par une pléthore d'informations orientées laissant peu de temps à la réflexion ou à la comparaisons avec d'autres sources. Le libre arbitre se cultive et il ne grandit pas harmonieusement par une monoculture.


Si vous publiez un bulletin de météo locale (sans satellite bien sur) au sud d'une montagne, vous direz - il fait beau sur la chaine des Pyrénées, côté Espagne. Mais si vous habitez au nord de celle-ci, votre versant Français peut être en formation orageuse et votre bulletin météo sera bien différent.
Le présentateur météo devrait préciser "sud ou nord du massif".

Il s'agit là d'une vision limitée de l'événement ( sous influence)
Mais si vous pensez attirer plus de touristes sur votre versant de la montagne, vous aurez avantage à exagérer ou à minimiser l'orage sur le versant ouest,suivant votre intérêt.
Il s'agit là d'une vision orientée de l'événement. (manipulatrice)
J'ai pris l'exemple de la météo, mais j'aurais écrire sur le nuage radio actif Tchernobyl, que nos gouvernants via la presse ont détourné du ciel Français, des armes de destruction massive de l'armée irakienne, du bon poulet Français ( vive le coq Gaulois!)de la future bombe nucléaire de l'Iran. J'arrête la liste.

Le problème vient de la source de l'info, mais aussi de sa vérification. Ainsi au lieu d'écrire "Il y a des arme de destructions massive en Irak", les journaux auraient du écrire "GW Bush pense qu'il y a des armes...". Il est parfois difficile pour un journaliste de vérifier lui même la véracité des dires des gouvernants, et pour le lecteur encore plus. A cela s'ajoute l'intensité émotive de l'événement qui varie suivant la distance géographique ou affective. Ainsi les 3000 morts Américains des deux tours s'écroulant du World trade center dont les images ont été diffusées en boucle sur nos chaînes, ont plus émus les occidentaux que les dizaine de milliers (certaines sources affirment, centaines de milliers)de civils Irakiens morts durant la guerre qui s'en est suivi et qui dure encore (20% de plus que sous le régime de Saddam Ussein)



.
Faut-il donc toujours être dans l'opposition à la majorité?
Quand même pas, mais alors comment discerner la bonne influence, le bon commentaire?
C'est peut être en multipliant les sources de l'information que l'idée d'un événement peut m'être plus personnelle. Ainsi l'informations traitant sur les 100 000 manifestants, selon les organisateurs, et les 20 000 selon la police devra être prudemment interprétée, l'une comme l'autre.
L'événement présenté doit être regardé par des sources différentes.


Le grand Saint Paul, ancien élève d'une école rabbinique, c'est peu dire qu'il fut manipulé dans son éducation, parlait, à propos de discernement de ce qui est bon, juste et parfait, du "renouvellement de l'intelligence". Je traduirais les paroles de ce sage par, le travail de l'intelligence, ou la réflexion. Il nous faut prendre l'habitude de ne pas gober ce que l'on nous dit, même par des gens très éclairés, où comme le disait Coluche, par les milieux "autorisés". Personne ne dois prendre pour argent comptant ce qu'on lui rapporte. De même que notre intérêt est de vérifier nos tickets de caisse après nos achats, il serait bon d'adopter la même attitude en achetant notre journal ou en regardant un reportage télévisé.
Nombreux sont ceux qui se contentent d'une vie semi végétative, qui ne pensent pas, avalent leur journal télé avec leur potage, leur missel avec l'hostie, mangent ce que la pub leur dit de manger, portent les vêtements Adinik, gobent les petites pilules que le bon docteur, manipulé par les labos, leur dit de prendre et ne font que répéter ce qu'on leur fait penser jour après jours, n'ayant que très peu de sources différentes d'infos. La manipulation ou l'influence est partout: dans la politique, la religion, l'art, la mode, la médecine, les oeuvres caritatives, mais aussi dans l'école, les familles, le couple. Chacun est un manipulateur de l'autre ou essaie toute fois.







Les questions à se poser devraient être : Qu'est ce qu'on me dit? Qui (me le dit)?, quand (est ce pour masquer un autre événement)?, comment (le présente t-on)?, qu'elle est la source ? Ensuite, il me reste à savoir si quelqu'un peut tirer avantage de l'info, en l'exagérant ou en la minimisant..Ainsi j'ai appris à me méfier des infos, parfois diffamatoires, ou des appels aux bons sentiments, circulants via internet. Je ne les fait jamais suivre car elles sont, pour la majorité d'entre elles, invérifiables et anonymes.



Moi-même qui vous écrit, ne chercherais je pas à pervertir votre raisonnement, et à vous manipuler?
Immanquablement, il y a une influence de l'auteur vers le lecteur, mais elle peut être bénéfique parfois. Si j'écris, c'est dans un but, qui ne m'est pas profitable personnellement, celui de détourner mes lecteurs de toute manipulation. Permettre à chacun d'analyser toute chose, de ne plus croire systématiquement tout ce qui se dit ou se montre, même si c'est la pensée de la majorité. La pensée des plus nombreux, ou de ceux qui crient ( avec les loups) le plus fort, n'est pas forcement la meilleure. Ca fait du bien de dire: ce que je crois, je l'ai pesé, analysé, mais, si on me prouve que j'ai mal vu, ou mal cru, je suis prêt à revoir ma copie. Faut savoir garder la souplesse de la modestie en évitant également de devenir le "râleur" systématique opposé à tout.
Je conclurai avec une phrase célèbre de Raymond Poincaré :
"Douter de tout et tout croire sont deux solutions commodes qui dispensent de réfléchir".

Page d'accueil | ACTUALITE | PSYCHOLOGIE | SOCIETE | SPIRITUALITE | LES ECRITS SACRES | RECITS DIVERS | Plan du site


reflexions humanistes et spirituelles | serries.claude@orange.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu